Marbrume



Partagez | 
 

 Denea Alberick [terminer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Denea AlberickHerboristeavatar


MessageSujet: Denea Alberick [terminer]   Mar 22 Sep 2015 - 10:01




Denea Alberick




Identité


Nom : Alberick
Prénom : Denea
Âge : 22 ans
Sexe : féminin
Rang : A suivi une instruction d’herboriste, métier qu’elle exerce sur commande, plus ou moins bénévolement. Pour gagner sa vie, elle fabrique des produits de confort pour les riches (onguent de beauté, maquillage, etc…)

Physique


« La petite Alberick ? Oui, oui, je vois bien qui elle est, la première fois que je l’ai vu, elle était encore l’apprenti du vieux. Elle a bien changé depuis, c’est juste plus une petite fille. C’est pas vraiment le genre exubérant qui aime se montrer. Quand on la connaît pas, elle pourrait passer parfaitement inaperçue dans la foule. Pas plus grande que la moyenne, ni plus grosse, complètement invisible je vous dis. Mais ça serait bien dommage de la manquer avec son joli petit minois et ses longs cheveux noirs, dommage qu’elle les cache souvent en dessous d’une étoffe de tissu. »
Témoignage d’un vieux charpentier que Denea a soigné plus d’une fois.

« l’herboriste ? Je l’ai aperçu quelques fois quand elle a livré les onguents de madame. Ce qui est agréable, c’est qu’elle a une discrète odeur d’herbe et de fleur. Ce qui a personnellement attiré mon attention c'était le contraste entre ses yeux, d’un vert clair, un peu délavé, et sa peau légèrement foncée.
Elle présentait bien, mais elle était habillée un peu à la masculine, elle portait une chemise et un corset reprisé à quelques endroits, mais également quelque chose qui s’approchait d’un pantalon en cuir fatigué. Je l’ai vu quelquefois en robe également, par contre elle portait tout le temps un foulard couvrant ses cheveux ou qu’elle portait en étole autour du cou ou des épaules.
Elle n’a pas l’air très agressive même plutôt avenante, mais quand elle m’a donné les instructions d’utilisation des produits qu’elle apportait, on sentait un peu d’autorité dans sa voix. Elle ne doit pas se laisser sur les pieds la donzelle. »
Témoignage d’un domestique travaillant pour une de ses plus fidèles cliente.

Personnalité



« Pour tout vous dire, je n'ai longtemps pas compris pourquoi quand nous faisions des bêtises, Denea avait une punition moins lourde que moi. Puis, j’ai réalisé que derrière ses grands yeux de biche il y avait de la jugeote, beaucoup de jugeote. En même temps, sans ça, dans le quartier on fait pas long feu, il faut savoir être au moins aussi, voire plus, malin que les autres.
Sa méthode, c’est d’avoir l’air sans histoire, un peu fade, toujours l’air d’une suiveuse. Pourtant, croyez-moi, c’est souvent elle qui était l’instigatrice de nos bêtises. Elle est curieuse, observatrice et parfois manipulatrice. Elle arbore au quotidien un jour plutôt aimable, elle n’a aucun mal à parler à des personnes, même inconnues.
Comme ça, on pourrait croire qu’elle est une teigne, une garce, mais ça serait se fourvoyer. C’est vrai que de ce n’est pas une tendre, elle a sa propre définition de ce qui correcte ou pas. C’est pour ça qu’elle ne monnaye pas ou très peu son savoir d’herboriste et des remèdes en général. Elle à cette idée que tous humain à le droit d'avoir une chance de survivre et de guérir. »
Avis d’Agathe, une amie d’enfance de Denea.

« Vous parler de moi ? Quelle idée saugrenue, il n’y a rien à dire de bien intéressant à dire. C’est vrai que je ne suis pas une tendre, une bonne pâte dont on peut faire ce que l’on veut. Je suis même plutôt l’inverse, j’ai du mal à faire bêtement ce qu’on me demande, j’ai souvent besoin de savoir pourquoi il faut le faire.
Je suis souvent un peu susceptible, c’est ce qu’on m’a dit. Mais visiblement ça n’est jamais allé plus loin que la petite vexation qui appelle à une petite pique, puis bien vite oublier. Même si parfois, je n’oublie pas tant que ça.
Je suis assez secrète, celui qui voudra mettre son nez dans mes affaires devrait y réfléchir à deux fois. Comme celui qui se mettra consciemment en travers de mon chemin. Agathe aime imaginer que cette carapace de rudesse n’est qu’un moyen de moins ressentir les difficultés de la vie. Elle n’a peut-être pas tort, elle est souvent perspicace, même si j’ai des doutes. »

Histoire



Fille d’une prostituée de Marbrume et d’un marchand de passage pas vraiment identifié, Denea semblait avoir un avenir tout tracé. Après une enfance plus ou moins délaissée, son physique aurait scellé son destin à son adolescence. Si elle était belle, elle aurait surement pris la relève de sa mère, faisant le tapin. Si elle avait été moins belle, elle aurait surement été mise à la porte du bordel, et aurait dû apprendre à se débrouiller seule.

Mais heureusement, ce ne fut pas sa destinée. Quand la jeune fille eut une petite dizaine d’années sa mère mena à bien une nouvelle grossesse. La femme en avait eu d’autres dans la décennie, mais elle s’était toujours arrangée pour les faire passer avec plus ou moins d’effets secondaires. Mais pour celle-ci, elle s’en était rendu compte trop tard, les poisons avortifs et autres procéder étaient alors trop risqués, il avait bien fallu faire avec. Cependant, la grossesse était plus difficile que celle qui avait donné naissance à Denea. Les derniers mois furent très éprouvants, un herboriste venait presque toutes les semaines apportant de quoi soulager la future mère.

La première fois qu’il était venu avec ses mélanges de brindilles de feuilles et autres éléments non identifiés, la jeune Denea fut sceptique. Ce sentiment s’accentua d’autant plus quand on mit ce grand n’importe quoi végétal dans de l’eau et qu’une odeur indéfinissable mais peu engageante s’en dégagea. Néanmoins, elle fut intriguée par le fait que cela atténua les douleurs de sa mère. Elle ne rata alors aucune visite du vieil homme, lui posant autant de questions qu’elle pouvait. Cette curiosité et cette vivacité chez la petite fille plus d’une certaine façon à l’herboriste, qui répondait plutôt volontiers à cette sorte de cours improvisé.

Malgré tous les efforts développés, le drame qui guettait se produisit ; la mère de Denea mourut en couches, donnant naissance à un garçon trop malingre qui ne vécut même pas une semaine.
La jeune demoiselle fut alors confiée à sa tante. Elle était une couturière de petite envergure dans le quartier de la Hanse. Mariée et avait déjà deux enfants et un nourrisson, une bouche à nourrir de plus ne lui faisait pas vraiment plaisir, surtout qu’elle n’avait jamais approuvé la « carrière » de sa sœur, mais elle ne pouvait pas laisser une petite fille, surtout un membre de sa famille, dans la rue. Il fallut environ deux mois à la nouvelle famille pour prendre ses marques, même si un fond de malaise subsistait.
À nouveau, son destin semblait tout tracé ; suivre les cours de couture que sa tante lui donnait, essayer de ne pas être trop mauvaise et finit par l’aider pour ses commandes, ou bien, aller se faire embaucher ailleurs. S’était au moins une vie honnête, faute d’être palpitante.
Cependant, ce ne fut de nouveau pas ce chemin qu’elle suivit, se dérobant souvent aux leçons en se faufilant dehors pour trainer dans les rues à la recherche de l’herboriste qui avait essayé de soulager sa mère quelques mois plus tôt.

Il lui fallut quelques semaines, et un certain nombre de corrections, pour pousser la porte du petit magasin. Il y avait une forte odeur de foin et de fleurs mélangée avec quelques relents plus âcres de préparations en macération. Quelques plantes en pot subsistaient comme elles pouvaient compte tenu de l’environnement assez sombre.
L’homme sorti de l’arrière-boutique. Il mit un instant à reconnaître la petite fille se tenant au milieu de son échoppe. Surpris de sa présence, il lui demanda ce qu’elle pouvait bien faire ici toute seule. Elle lui expliqua succinctement sa situation essayant de l’attendrir pour le mettre dans de bonnes dispositions avant de lui demander s’il pouvait bien la prendre comme apprentie. Il n’accepta pas de suite, néanmoins, il céda assez vite. Il fallait dire que Denea venait presque tous les jours juste pour être présente, posant des questions de temps à autre et se faisant réprimander régulièrement pour avoir touché à quelque chose. Seul lui savait exactement pourquoi, il avait fini par accepter, mais il était sûr que l’enthousiasme de la fillette avait joué un grand rôle dans sa décision.

Lorsqu’elle eut quatorze ans, la jeune fille quitta sa tante pour s’installer dans l’arrière-boutique de l’officine d’herboriste. C’était un choix réfléchi, le malaise latent était devenu lourd. Cela lui permettait également de se consacrer pleinement à ce métier auxquelles elle se destinait.
Plutôt studieuse et investie, elle était une bonne apprentie, même si elle pouvait se montrer têtue et fatigante à poser trop de questions. Elle était surtout assidue quand on lui montrait les procédés de préparation des plantes et onguents, la théorie la passionnant moins. Douce et posée, Denea montrait lors de l’élaboration des remèdes une face calme d’elle-même qui avait du mal à ressortir ordinairement.

Dans sa dix-huitième année, le vieil herboriste mourut de maladie. Son officine revint à ses descendants légitimes. Ils revendirent bien vite la petite échoppe laissant Denea désemparée, ne sachant pas trop où aller. Elle retourna quelques semaines chez sa tante, qui était mitigée quant à sa présence.
Cependant, la jeune femme ne se laissa pas abattre, quelques rues plus loin, il y avait une maison close plutôt respectable. Elle entreprit de démarcher les prostituées pour les fournir en produit de beauté, maquillage et curiosité pour émoustiller les clients. Ses produits, de bonne qualité, acquirent une charmante réputation qui dépassa assez rapidement le bordel, puis les bas quartiers, pour arriver dans ceux de la bourgeoisie.
Ceci lui permit de se trouver son propre logement. Ce n’était pas bien grand, mais au moins s’était décent.

La menace des fangeux ne changea que peu le quotidien de Denea, elle avait simplement plus de travail. Les blessures et les maladies étaient toujours plus nombreuses dans une ville plus peuplée.

Soi réel




Certifiez-vous avoir au moins 18 ans ? Da !
Comment avez-vous trouvé le forum ? (Topsites, bouche à oreille...) Partenariat
Vos premières impressions ?
Des questions ou des suggestions ? Hum…. Hum… Non.



Marbrume soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif



Dernière édition par Denea Alberick le Mar 22 Sep 2015 - 21:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auray de VauvrurComteavatar


MessageSujet: Re: Denea Alberick [terminer]   Mar 22 Sep 2015 - 11:43
Encore une fiche bien agréable à libre et un personnage très intéressant.

Je n'ai rien à redire, te voilà validée !
Bon RP parmi nous Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre de VentfroidFondatriceavatar


MessageSujet: Re: Denea Alberick [terminer]   Mar 22 Sep 2015 - 12:59
Encore bienvenue parmi nous Denea ! Le mystère est enfin levé, nous voilà donc une herboriste toute neuve sur le forum tongue Je suis certaine que tu auras beaucoup d'occasions de rp avec un tel statut ; je te souhaite un bon jeu parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Denea Alberick [terminer]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Denea Alberick [terminer]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» April Morgan [Terminer]
» en finir avec les cheveux gras
» Les mots se terminant par « eur »...
» Témoignage d'une ex phobique sociale
» Alex Harvey - Lucifel [Terminer][Reposter]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marbrume RPG - Monde médiéval & Apocalyptique  :: Recueils royaux :: Présentations :: Fiches de personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: