Marbrume



Partagez | 
 

 Questions récurrentes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maitre du JeuAdministrateuravatar


MessageSujet: Questions récurrentes   Lun 21 Sep 2015 - 22:16

Questions récurrentes



Ici seront compilées les questions qui nous sont souvent posées, elles pourront servir à tous pour vous éclairer ! N'hésitez pas à les parcourir.


- Depuis combien de temps les Fangeux sont-ils arrivés ?

Les Fangeux sont là depuis quelques mois seulement.
La chronologie est présentée ici : http://marbrume.forumrpg.org/t186-chronologie-generale-de-marbrume

- Je joue un Milicien affilié à la milice extérieure, mais puis-je assurer la sécurité de l'intérieur de la ville également, ou dois-je conserver mon poste ? Et inversement, etc.

Tout à fait. L'un n'empêche pas l'autre. Lorsque vous êtes un soldat qui escorte des convois ou qui part en exploration à l'extérieur, c'est votre poste officiel et prioritaire. Donc, dès que vous avez une mission à l'extérieur, c'est votre devoir et votre travail d'y aller. En revanche, si vous n'avez aucune mission programmée à l'extérieur pendant un petit moment, en plus de votre repos bien mérité jusqu'à la future exploration, vous pouvez assurer la sécurité interne de Marbrume, donc patrouiller dans les rues, surveiller les remparts, etc.
De même, si vous êtes un garde intérieur, mais que l'on manque subitement de main d'œuvre par-delà les remparts, vous pouvez être réquisitionné à l'extérieur (mais ça reste plus rare ; sachez seulement que vous en avez la possibilité si vous le souhaitez pour vos rps).


- Puis-je jouer un étranger, un peuple spécifique, une culture spéciale venant d'un autre endroit que Marbrume ?

NON. Oui, vous pouvez jouer un étranger, mais un étranger à Marbrume, plus proprement dit. Marbrume est le point central de notre forum et de son univers. Mieux encore, c'est son unique point. Si fait, pas de civilisation étrangère, pas de culture d'un autre continent, pas d'autre religion que celle spécifiée, pas d'autre organisation sociale que celle de la Capitale du Morguestanc. Nous ne voulons pas non plus d'autres noms de ville, d'autres provinces, et cela quand bien même votre personnage viendrait-il du Pays de Langre, où se situe Marbrume. Si tel est le cas, restez le plus flou possible au sujet de vos origines, et raccrochez-vous autant que possible à notre ville.

- Quelle est la position de la femme dans votre univers ?

Dans l'idée, elle est semblable à celle de la femme au Moyen Age, dans une Europe occidentale. Toutefois, afin d'agrémenter un peu le jeu des personnages féminins, il leur est possible de tenir boutique, d'être prêtresse, et également de rejoindre les rangs de la milice, mais seulement aux grades inférieurs lors de la conception du personnage. Ce qui ne signifie pas qu'elles sachent se battre (et cela vaut aussi pour les miliciens de bas-étages et les conscrits). Par la suite, elles seront amenées à, possiblement, évoluer.
A noter : Les femmes ne peuvent rejoindre les rangs de la milice que depuis la fin d'année 1164, soit depuis quelques mois à peine. C'est un bouleversement de moeurs loin d'être accepté par tous, et nombreuses sont les femmes qui s'engagent à se faire lyncher par ce milieu fortement masculin.

- Quelle est la situation à Marbrume d'un point de vue nourricier ?

C'est la famine. La famine très sévère. Les champs et les élevages à l'extérieur sont encore présents, mais ceux qui ont le courage d'aller les ensemencer en revanche se font très rares. Les convois de miliciens sont là pour aller chercher les marchandises et les ramener, mais le danger des Fangeux est désormais omniprésent. Il n'est pas rare que les convois n'arrivent jamais à bon port et que les marchandises restent perdues dans la nature, l'escorte décimée par les bêtes.
Aussi, quand les miliciens réussissent à récupérer des marchandises du Labret, c'est la joie et presque l'émeute pour obtenir un bout de pain quand ils rentrent en ville.
Seules les nobles et les grands riches réussissent à garder la tête hors de l'eau actuellement.

- Quel est le fonctionnement monétaire à Marbrume ?

Il y a des pièces de bronze (les sous), les pièces d'argent (les pistoles), et les pièces d'or (les écus).
100 sous = 1 pistole
10 pistoles = 1 écu

La monnaie et le coût de la vie est plus précisément détaillé dans le contexte, ici.

- La chasse est-elle autorisée à Marbrume ?

Avant le Fléau et l'arrivée des fangeux, non. La chasse était strictement réservée à la noblesse : tout paysan retrouvé sur les terres de chasse était coupable de braconnage, puni de mutilation ou de mort.
Depuis la fange néanmoins, avec la famine, et le fait que peu de courageux mettent le pied dehors, la chasse est ouverte à tous pour encourager lesdits courageux à rapporter de la viande pour nourrir la ville.
Votre personnage pourra donc chasser mais ne pourra jamais avoir une expérience de chasseur depuis des années (à moins qu'il n'ait été un braconnier et qu'il ait fait attention à jamais se faire prendre).

- Mon personnage peut-il savoir lire et écrire ?

Non, non, non, et non. Marbrume est un univers médiéval. Seuls les clercs, la noblesse et les très riches bourgeois et marchands ont les moyens nécessaires d'apprendre à lire.
Le peuple n'a pas les moyens, ni même l'envie d'apprendre à lire. En effet, dans un monde médiéval, lire ne sert strictement à rien. Les ordres ne sont jamais communiqués par écrit dans la milice - en-dehors des hautes décisions prises par le haut gratin -, ni même ailleurs. Il n'existe pas de journal ni de panneau d'affichage (à part, encore une fois, dans les quartiers riches des lettrés) ; les crieurs sont là pour ça. De même votre marchand ne pourra pas tenir un grimoire ou livre de compte (à moins, encore une fois, d'être très très riche), car un manuscrit est un objet rare et précieux qu'on ne retrouve presque exclusivement qu'entre les mains des clercs et des scribes.

Les traditions sont orales, le peuple n'a donc jamais vu un manuscrit de sa vie en-dehors de ceux lus par les prêtres lors des messes. Donc, si vous jouez un voleur ou un assassin, oubliez déjà les contrats envoyés par écrit, cela n'existe pas.
Si la noblesse et les riches apprennent à lire, outre le fait que cela leur permet de s'envoyer des missives, c'est surtout pour se démarquer des gens. Dans la vie de tous les jours, cela n'apporte réellement rien, tout étant oral ou presque.

Merci donc d'éviter de justifier l'alphabétisation de votre personnage par le classique cliché "x tomba sur un maître très gentil qui le prit sous son aile et lui apprit à lire". Votre personnage ne saura pas lire s'il ne fait pas partie des classes citées, nous n'accepterons plus d'exceptions malheureusement car il y a beaucoup trop de joueurs qui souhaitent jouer dans un univers médiéval sans en jouer l'ambiance. 90% de la population à Marbrume est illettrée, c'est ainsi ! Il ne faut pas se sentir lésé d'être illettré, chez nous joueurs du XXIème siècle ça peut gêner, mais à Marbrume, c'est la norme et cela n'intéresse personne de manier la plume parmi le petit peuple.

- Qu’en est-t-il de la navigation maritime à Marbrume ? La ville possède-t-elle des navires, ou des bateaux de marchandises pour réussir à ramener des denrées en évitant le danger mortel des terres ?

Alors. Vaste question, souvent pertinemment demandée à la vue de la Carte de notre forum, puisque Marbrume se trouve sur la côte.

Tout d’abord, les navires, les gros navires de navigation, et de voyage. De ceux-là, il n’en reste aucun. Les premiers jours / semaines du Fléau, quand tous les réfugiés sont arrivés en masse en ville, les fangeux aux trousses, les plus désespérés ont grimpé sur ces navires, et ont pris le large, espérant trouver une terre meilleure. Quelques nobles, et nombre de roturiers, sont partis ainsi. Aucun n’est jamais revenu ; certains ont parfois ramenés leurs cargaisons dans les reflux des vagues, témoin de leur naufrage au large…

Concernant les autres bateaux. Marbrume était une ville portuaire florissante, on retrouve donc de très nombreux bateaux de pêches, petits rafiots, et étendent filets et autres pièges pour attraper des poissons. Ces bateaux-là sont courants, avec des rames, mais ne peuvent naviguer. On les retrouve tout au plus à 30 mètres du port ou du rivage, et risquer un voyage de plusieurs dizaines de kilomètres jusqu’au Labret par exemple, est impossible. Enfin, « impossible ». Rien n’empêche personne d’essayer, mais c’est suicidaire, et les autorités en tout cas, ne laissent pas leurs précieuses marchandises récoltées après des mois de labeur mortel au-dehors être embarquées sur de vulgaires petites barques pour être perdues en mer.

Il reste des bateaux plus gros cependant, qui permettent un peu de navigation et de transport de marchandise, jusqu’à quelques tonnes par bateau. Seulement, depuis le Fléau, là aussi il y a eu des pertes : bateaux coulés au fond de la mer, manque d'entretien, etc. Du bois, il n’y en a presque plus pour approvisionner, ni même pour se chauffer en hiver, car il faut aller le couper dehors, là où les fangeux rôdent, et peu réussissent encore à ramener cette denrée précieuse. Pour construire des bateaux, donc, en plus du temps monumental que cela prend à une telle époque où la technologie est quasi nulle, la matière première est presque inexistante pour le permettre.
Il reste tout de même quelques bateaux déjà présents, donc. Ceux qui possèdent de tels bateaux, en général, les louent très très cher : ils sont source de cupidité, de revanche sur la vie. Au début de l’invasion, plusieurs incendies criminels ont éclaté, par jalousie, quand tout n’était pas encore en place. Depuis, vu l’intérêt de ces navires, ils sont fortement surveillés par des mercenaires, voire des miliciens, mais ils restent en sous-nombre, et incapables d’accueillir toutes les récoltes du Labret, qu’ils ne pourront décharger qu’au compte-goutte. Notons d’ailleurs que la nourriture qui arrive par ce moyen de transport, une grosse partie du moins, est acheminée en priorité à la noblesse, qui a les moyens de se payer les marins cupides qui louent leur possession à prix coûtant.

Note : à noter que toutes les caisses et tonneaux de bois, si le port en possède encore un certain nombre, à force d’acheminements, et d’utilisation, forcément, on en perd, on en troue, on en casse. Petit à petit, tous les récipients étanches utilisables sur navire s’amenuisent, tandis que la matière première du bois, elle, n’arrive jamais pour renflouer le manque.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marbrume.forumrpg.org
 
Questions récurrentes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» logiciel impot expert...petites questions
» Questions sur la vie apres la mort
» questions sur les garderies en milieu familial
» questions sur la prématernelle et les garderies privées
» questions impots !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marbrume RPG - Monde médiéval & Apocalyptique  :: Recueils royaux :: Ouvrages officiels :: Règlement & Contexte-
Sauter vers: