Marbrume



Partagez | 
 

 Samuel Montoya - Truc que personne lira jamais II Le retour [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Samuel Montoyaavatar


MessageSujet: Samuel Montoya - Truc que personne lira jamais II Le retour [fini]   Ven 18 Mar 2016 - 17:00




Samuel de Montoya




Identité



Nom : de Montoya
Prénom : Samuel
Âge : Cinquante quatre ans.
Sexe : Pas depuis un moment.
Rang : ex-Châtelain à la retraite et prévôt pour la gloire de Marbrume, de la justice et de notre bien-aimé Duc. En fait la charge était incluse dans l'héritage de ma femme, achetée par son grand père, et il s'est trouvé comme ça que j'ai pris le poste depuis une vingtaine d'année. La nature a horreur du vide, je glandouillais assez à l'époque pour être disponible. Ça fait un complément de revenue par désagréable – surtout depuis le début de l'apocalypse - le poste est pas fatigant et ne me demande pas de grosses ressources intellectuelles ou physiques, une bonne petite planque de fonctionnaire tout pépère comme on l'aime. J'assiste aux ordalies pour les rendre bien officielles, je prononce quelques sentences quand le cas est un peu plus complexe que « on l'a trouvé un couteau à la main à coté du cadavre de sa femme » – et au pifomètre la plupart du temps, pour ce que ça change.
Carrière envisagée & tableau de départ avec les 4 PCs : Noble mondain + 2 INT + 2 CHAR
Compétences et objets choisis : Alphabétisation – Equitation – Fauconnerie [HS/ J'en ai toujours rêvéééé ! ;_; ] - Admninistration.
Pour l'équipement, une dague et une armure de base qui a pas dû servir depuis Mathusalem.


Physique




J'ai un physique très commun. Un mètre soixante quinze, brun, deux bras deux jambes. Je m'habille un poil trop jeune pour mon âge, et démodé vu que c'est la crise et que j'ai pas les moyens de refaire des gardes robes pour frimer devant les copines. J'ai un peu mal vieilli, des cernes sous les yeux suffisamment grandes pour accueillir une famille entière, les tempes blanchies et l'air désenchanté. Je suis fatigué. Il faut dire que je travaille beaucoup, et que je bois le reste du temps – voire je prends un peu d'avance. J'ai l’œsophage, les gencives, la bouche brûlée par le vomi, les cheveux cassants, la maigreur du soiffard aguerri. J'ai arrêté de voir des guérisseurs à ce sujet depuis environs cinq ans et je camoufle bon gré mal gré cette tare très handicapante. Il m'arrive de m'endormir à table quand je suis invité chez des gens, sur mon bureau, ou, quand je suis vraiment beaucoup dans le mal, dans les écuries. Et un jour je vais en mourir. Je sais pas comment c'est arrivé, ni pourquoi j'ai un tel vide, mais j'comprends chaque poivrot que je vois dégueuler dans le caniveau parce que je suis exactement pareil. En riche. L'argent permet d'arrondir les angles pour ce genre de chose.

Personnalité



J'aime l'argent genre beaucoup. Miam miam l'argent. C'est mon petit coté vulgaire, hérité de mes origines bourgeoises. L'art m'en touche une sans faire bouger l'autre, je suis modérément pieu, aussi sensible à la spiritualité qu'un âne, j'ai des passions comme tout homme, mais jamais elles n'ont pris le pas sur la plus grande : l'oseille. Le grisbi. La thune. Quand le sujet m'angoisse beaucoup, j'ai de curieux rêves récurrents où je me baigne dans un bassin rempli de pièces d'or. Autant dire que depuis l'apocalypse, mes nuits en sont remplies.
L'argent, j'aime le gérer, le calculer, l'écrire, le réclamer à autrui. Le problème c'est qu'avec les événements récents, mes actifs se cassent la gueule les uns après les autres. Qui achète des chaussures de luxe, des chevaux de race, ou lance une entreprise par les temps qui courent ? J'ai jamais investit dans l'agriculture parce que c'est trop lent, les armes en temps de paix c'est trop aléatoire pour valoir le coup. Je pouvais pas deviner. Le seul truc qui rapporte bien c'est les loyers des rues entières de taudis que je possède, alors je les ai augmenté. Mais ça suffit pas. J'ai moi aussi des frais et des créanciers. J'ai perdu certaines de mes terres hors de la ville parce qu'il y a un tas de Fangeux dessus et qu'elles valent plus rien. J'ai viré pas mal de domesticité inutile – j'entends encore les hurlements de ma femme à propos de « son » jardin dont elle ne s'occupait jamais, parce que c'est fatigant. - et diminué notre niveau de vie, au fil des mois. Il nous reste une cuisinière et deux femmes de chambre et une servante. Pas eu la présence d'esprit de vendre tout de suite les bijoux et autres merdes inutiles tant que ça avait de la valeur. On pensait que ça serait une crise passagère, que les gens d'armes sauraient vite venir à bout du problème. On avait pas compris que le monde était totalement enseveli sous la Fange, que les routes commerciales étaient finies, que les dettes resteraient impayées parce que leurs contractants étaient morts.
C'est la merde.

Et j'ai pas les épaules assez larges pour gérer tout ça. J'suis sans fils, il y a certains travaux que j'aimerais faire moi même mais pour lesquels je suis trop vieux, que ce soit pour apprendre ou y faire physiquement face. Puis j'ai mes faiblesses, comme tout le monde. La picole, déjà, qui pompe pas mal mes ressources intellectuelles et qui me laisse plus forcément le temps de grand chose. Le cul aussi. Pas que je passe tout mon fric chez les putes et à rembourser les parents des petites bonnes que j'ai foutu enceintes mais... disons que mes rencontres amoureuses sont par nécessité brèves et anonymes, avec toujours le risque de foutre totalement ma vie en l'air à chaque fois. J'ai plus vraiment la tête à ça, mais j'me sens seul quoi. J'suis humain. Heureusement que l'alcool est bonne copine.

Bon sinon c'est pas d'un passionnant fou mais j'adore élever des animaux, les dresser, m'en occuper, en vendre. Tout le monde a son hobby. Ça rapporte du fric aussi, assez dérisoire, mais ça justifie un peu le temps que j'y passe. Puis je peux pas faire que bosser tout le temps, c'est un coup à devenir fou.

Histoire



Ce qui m'a mis dedans, à la base, c'est mon mariage. Mes parents s'y entendaient pour gérer du bien, mais pour le reste ils n'auraient pas retrouvé leur cul avec les deux mains. Je dis ça avec le recul de mon grand âge : avoir un titre c'est bien joli, mais encore faut il que la mariée sache tenir une maison, que la dot soit conséquente et que l'héritage vaille le coup. Ce n'était pas le cas. Certes, le domaine frappe l'oeil, de la belle architecture commandée par un passionné d'une autre époque, mais là où d'autres voient un sujet digne d'une peinture, moi je vois un gigantesque gouffre à fric. Toujours le toit à réparer, quand c'est pas les boiseries qui foutent le camp ou la domesticité qui en grille une en douce derrière les écuries au lieu de bosser. Une saloperie de manoir dix fois trop grand pour une famille de trois personnes. Heureusement j'ai pu faire clôturer la plupart des chambre, toujours ça de moins à payer.
Je disais ? Ah oui mon mariage. Feus mes parents, donc, étaient de la bourgeoisie. Nos ancêtres ont commencé comme cordonnier, et par un concours de circonstances incluant une économie favorable, une absence de vice coûteux dans la famille et aucune catastrophe ruineuse durant un siècle ou deux, bref, par une chance de cocu, tout ça a pris de l'ampleur. Part mon héritage, je détiens plusieurs échoppes en ville, pas mal de taudis, des parts dans des entreprises lucratives – avant l'apocalypse du moins – et l'un dans l'autre bah ça rapporte du pognon tout ça. Enfin avant. Mais j'y reviendrais.
Le problème c'est que les trucs qui brillent, qui font jolis, ça a tendance à tenter les esprits simples. Mes parents voulaient un titre dans la famille. Comme j'ai dit, c'étaient des bons gestionnaires, mais pour le reste ils étaient cons comme des chaises. Ils se laissèrent donc impressionner par un manoir rococo et une famille noble qui savait tapiner comme il faut. A l'époque j'étais déjà au fait des subtilités de la comptabilité. Je voulais pas me marier, pour diverses raisons – mais surtout l'argent. Lors de mon adolescence, où j'étais un peu romantique, je me voyais bien à l'armée. Un milieu plein d'hommes ça me semblait bien. J'ai vite abandonné cette option là parce que les morts, la tripaille partout c'est salissant, et que déjà faire une heure d'escrime par jour ça me les broyait, mais quand j'ai vu ma promise et son compte en banque j'ai eu la tentation de m'enfuir pour m'engager dans l'armée.
De nos jours les jeunes répondent à leurs parents, ils ont pas de respect, mais à mon époque on disait « oui père » et on fermait gentiment sa gueule. Voilà comment je me suis retrouvée avec une conne comme partenaire de mes jours.

Déjà, elle est assez extraordinaire quand il s'agit d'être totalement déconnectée de la réalité. Elle ne fait jamais rien qui la fatigue en prétextant que ça nuirait à son épanouissement personnel ou j'sais pas quoi. Donc je suis obligé de faire son taff à elle, tenir la maison, s'occuper des domestiques pour pas qu'ils volent ou feignantent dans les coins, trouver un précepteur pour la gamine, tenir à jour la liste des réparations du manoir, gérer le budget domestique. J'ai pas le temps. C'est pas mon rôle et j'y connais rien. On a eu quelques déboires financiers avec ses conneries. Non, madame entend faire des aquarelles moches toute la journée, se plaindre de maladies imaginaires, manger pour six et rien foutre. Les Trois soient loués, elle ne sort pas beaucoup – c'est fatigant -, car dès qu'il s'agit de dire des conneries totalement inadaptées à la situation et bien embarrassantes, y a du monde. C'est le genre de personne incapable de percevoir le mensonge dans des phrases comme « nous sommes entre amis, vous pouvez tout dire ». Si on était réellement dans un contexte privé, il n'y aurait pas besoin de le souligner. Elle vit dans un monde imaginaire où les gens sont incapables de mentir frontalement, d'être lèche-cul, ce qui fait d'elle un immense pigeon. Mon rêve secret c'est de l'envoyer au couvent ou de la balancer du haut d'une falaise qu'elle arrête de faire des bourdes qui me coûtent du fric et du temps.

Bon comme ça j'ai l'air d'un sacré gougnafier, mais t'arrive après quasiment quarante ans de mariage. Un mariage arrangé bien sale où on m'a présenté ma promise en larmes parce qu'elle voulait pas plus que moi s'engager à quinze ans, où j'ai essayé de toutes mes forces que chacun vive au mieux une situation pénible. J'ai échoué. J'ai abandonné totalement. Maintenant on essaye de se consacrer à nos activités respectives en se croisant le moins possible. Sinon on s'engueule. Heureusement c'est moi l'homme, donc l'actionnaire majoritaire, sinon on serait probablement tous mort de faim après l'énième achat d'une robe en or massif ou d'un chat pur race qui sera crevé au bout de deux mois – parce que c'est fatigant de penser à le maintenir en vie.

Malgré notre volonté commune de ne pas nous croiser – et c'est bien la seule chose qu'on a en commun – on s'est débrouillé pour avoir une descendance. Très tard, certes. Et hélas, un seul enfant. Tout le monde nous croyaient infécond. Faut dire que... j'ai eu du mal à m'y mettre, on va dire, pour rester élégant. C'est un tort de ma part, immense, à quoi bon se prendre la tête avec de la gestion, supporter un mariage de merde si c'est pour que ma descendance n'en tire pas profit ? A quoi bon ? C'est en attendant sa venue que je me suis passé de « un verre le soir avant d'aller se coucher » à « apocalypse pluri-hebdomadaire ». Et sa conne de mère, pas foutue de faire un truc bien, qui m'a fait du suspens pour tomber enceinte. Quand je pense à toutes les horreurs que je me suis infligé pour ça. J'l'ai tellement désiré cet enfant. J'ai eu tellement peur qu'elle meure en bas âge, qu'elle tombe malade. J'aurais préféré un garçon, mais une fille c'est bien aussi. C'est juste plus difficile à gérer pour lui faire un bel avenir, à cause de la faiblesse naturelle de son sexe. Mais c'est pas si grave, c'est à moi de gérer le problème. Il y a un an encore je pensais l'envoyer au couvent, dans le sud. Pas un couvent tout pourri pour l'enfermer, mais un endroit où elle serait peinard sans avoir à subir un mari con et violent, où elle pourrait faire des vrais trucs dans sa vie. Devenir érudite, voyager, écrire. Elle aime les lettres. Mais avec l'apocalypse... bah il faut que je lui trouve un mari, et elle commence à se faire un peu vieille pour ça. La fortune familiale est plus que vacillante, à ma mort ça sera un obscur cousin de ma femme qui héritera des miettes. Faut que je trouve une solution. Je lui ai donné mon titre, dans une obscure manœuvre pour embrouiller quelques créanciers, mais ça n'a aucune valeur c'est juste pour temporiser. Ça lui fera pas son avenir.

Soi réel




Certifiez-vous avoir au moins 18 ans ? Je... je sais plus. é_è Je crois ? (DC de Malachite)
Comment avez-vous trouvé le forum ? (Topsites, bouche à oreille...) C'est Ambre elle m'oblige, elle est maléfique, le monde doit sav... * bruits de bâillonnement dans la violence *
Vos premières impressions ? Bah ma première impression c'est qu'il y a toujours pas de magie, mis à part les Fangeux totalement magiques. è_é
Des questions ou des suggestions ? Bah rajouter de la magie putain !



Marbrume soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna MontoyaChâtelaineavatar


MessageSujet: Re: Samuel Montoya - Truc que personne lira jamais II Le retour [fini]   Ven 18 Mar 2016 - 17:12
Je me retiens de mon mieux.
Promis.
...
Nan en fait, j'tiens déjà plus.

" Papounet ! ♥ "


J'annonce donc pour de bon que Samuel Montoya aura en jeu tout droit sur sa fifille sans demander l'accord de la joueuse. Wala. Comme ça c'est officiel tu as le droit de me tyranniser. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe de TourresHaut-Prêtre de la Trinitéavatar


MessageSujet: Re: Samuel Montoya - Truc que personne lira jamais II Le retour [fini]   Ven 18 Mar 2016 - 20:02
Shalom Samuel ! Mazel Tov mon ami !

Je suis très intéressé par ton profil :p

Même si je suis goy j'aimerai tout de même te rencontrer. Je vis vers Rennes (Mais j'ai une voiture), je mesure 1m95 et je suis très musclé (Tee hee :3)
Je pense être assez mignon, et je fais des études de droit.

Est-ce que ça te dirait de m'envoyer ton numéro par MP afin qu'on puisse se rencontrer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AigrefinAdministrateuravatar


MessageSujet: Re: Samuel Montoya - Truc que personne lira jamais II Le retour [fini]   Sam 19 Mar 2016 - 0:32
Le style de Malachite sur un personnage de cet acabit, faut avouer que ça détonne franchement. Très bien écrit, dans ce style qui t'es propre, mais particulier tout de même.

En tout cas, sacrée bonne femme.

En ce qui concerne la carrière, une nouvelle sera faite pour ce type de personnage, prévôt ou juge. Le nom sera encore à définir, et est possiblement susceptible de changer. A voir.

(Pour la magie, well, we know, mais ça serait très compliqué de l'implémenter.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre de VentfroidFondatriceavatar


MessageSujet: Re: Samuel Montoya - Truc que personne lira jamais II Le retour [fini]   Sam 19 Mar 2016 - 10:23
Phil, tu as pas l'impression de devenir mainstream à force de faire la même blague ?

Bienvenue à notre premier juge !

Comme l'a dit Aigrefin, une nouvelle carrière voit le jour pour représenter au mieux ce type de personnage : elle est désormais affichée et disponible dans les carrières de la Voie du Peuple.

Bon jeu parmi nous avec ce nouveau perso Mala, et traumatise pas trop Luna huhu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Samuel Montoya - Truc que personne lira jamais II Le retour [fini]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Samuel Montoya - Truc que personne lira jamais II Le retour [fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mais pourquoi personne ne me croit jamais ?
» Un truc de fou.
» Trouver un emploi quand on n'a jamais travaillé
» Vous êtes belles. Ne laissez jamais personne vous dire le contraire. Même pas vous.
» Ne laisse personne juger ta vie et tes choix,

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marbrume RPG - Monde médiéval & Apocalyptique  :: Recueils royaux :: Présentations :: Fiches de personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: