Marbrume



Partagez | 
 

 Coutumes, culture et justice de Marbrume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maitre du JeuAdministrateuravatar


MessageSujet: Coutumes, culture et justice de Marbrume   Ven 4 Mar 2016 - 16:46

Coutumes et culture de Marbrume


La justice


La justice au Moyen Age est loin d’être à l’image de notre justice actuelle et du juge qui tape sa sentence d’un coup de marteau.
A Marbrume, les personnes à qui l’on accorde un réel procès – i.e. présidé par un réel magistrat – sont rares. Ne sont concernés que les plus grosses affaires qui ont fait assez de bruit pour que l’affaire devienne publique et/ou les personnes d’importance. Aussi, au quotidien, lorsqu’un voleur est attrapé par la milice ou qu’un assassin est enfin capturé, ces derniers ne voient que rarement le visage d’un magistrat. La milice est habilitée à exécuter la loi et à engeôler qui de droit, tout comme pendre qui de droit selon les lois en vigueur, sans forcément attendre l’an 40 qu’un héraut pointe le bout de son nez pour valider la sentence. Ces agissements peuvent être mal considérés mais depuis le Fléau les lois et les coutumes perdent de leur splendeur, surtout lorsqu’un criminel doit attendre son tour pour son procès dans un cachot, nourri aux bons soins d’une milice qui n’a déjà que peu de moyens pour nourrir ses propres soldats. Aussi légalement les miliciens ont les droits de juger un homme coupable d’une petite frappe sans aller déranger un prévôt. Le crime est devenu si monnaie courante qu’on ne prend plus la peine d’élever des procès tous les deux jours ; l’on se contente souvent des ordalies (voir ci-dessous).

Sinon, en règle générale, lorsque cela va jusque-là, un procès est présidé par :
- Le juge, appelé parfois prévôt, vice-gérant, ou viguier, qui prononce la sentence.
- Le greffier, qui transcrit les jugements et tient les archives de la justice.


Les ordalies


Sur Marbrume, les ordalies sont quotidiennes et constituent dans les faits le seul réel « procès » accordé au peuple, comme dit ci-dessus. Pour décider si un homme ou une femme est coupable, on le met à l’épreuve des dieux. Les épreuves sont surveillées et approuvées par un ou plusieurs membres du clergé et d'un petit prévôt, qui rendent donc la sentence de l’ordalie. Divers moyens existent :

- L’on jette l’accusé dans l’eau. S’il flotte, c’est que l’eau, considérée pure et élément d’Anür, le repousse. Anür ne l’accueille pas : il est donc coupable. A l’inverse, s’il coule, c’est qu’Anür l’accepte en son sein : il est innocent. Malheureusement pour les concernés, la plupart desdits innocents acceptés par l’eau finissent donc noyés. Au moins seront-ils accueillis dignement par la sirène.
Une autre variante très prisée consiste à jeter l'accusé loin au large : s'il réussit à regagner la terre, c'est qu'il possède les faveurs de la déesse. S'il ne les possède pas, il rejoindra les fonds marins.

- L’on met l’accusé à l’épreuve des armes. Si l’accusé remporte son duel, il possède les faveurs de Rikni. Le duel devra être itéré contre un adversaire jugé digne d’être représentant de Rikni, souvent il est nécessaire qu’il soit approuvé par un prêtre. Ce n'est pas un duel à mort, même si quelques accidents arrivent parfois.
Concernant les ordalies tournant autour de la déesse Rikni, l’on retrouve aussi souvent l’essai du serpent. Si la morsure du reptile entraîne la mort, l’homme était coupable. S’il survit, il est absout de ses accusations.

- Pour Serus, symbole de la nature, la coutume voulait qu'on lâche l'accusé dans la nature, sans arme aucune, et qu'il réussisse à ramener sous un délai de quinze jours des poils de cerf. Tuer un cerf étant interdit, s'approcher assez de la bête pour lui subtiliser des poils constitue un exploit. Ceci étant, dans le contexte actuel de la Fange et des mordeurs qui traînent partout, cette ordalie n'est actuellement plus vraiment d'actualité, à moins de tomber sur des clercs vraiment sadiques.

Nb : Les ordalies ne sont donc exécutées que lorsqu'il n'existe pas de preuve concrète contre l'accusé et qu'il faut tout de même décider de son innocence ou non. Dans le cas où l'accusé a perpétué son crime devant témoins ou que des preuves solides sont contre lui, il est bien évidemment coupable et il n'y a nul besoin de le mettre à l'épreuve des dieux ; la milice est alors habilitée à le condamner pour ses actes.


Le vol
Le vol est un crime puni sévèrement, à l’inverse de notre époque actuelle irl où il est devenu bien plus acceptable et moins condamnable. Contraire au code d’honneur et méprisé par la foi de la Trinité, il est passible de lourdes peines (mutilations, engeôlement ad-vitae, voire même la pendaison).

Le meurtre
A l’inverse, le meurtre est beaucoup moins puni, tout aussi étonnant que ce soit. Il est courant de voir des hommes, pour laver un honneur bafoué ou une insulte itérée par un rival, de s’entretuer pour des « motifs honorables ». Duel, coup en traître, embuscade, tout est bon pour asseoir sa domination. Ainsi, l’assassinat d’un homme est courant - voire même encouragé dans certains cas extrêmes – lorsqu’il y a eu atteinte à la personne (attaques et insultes envers la famille, viol d’une mère/sœur/fille, vol, provocations, etc etc). Le meurtrier, par ce fait, satisfait la volonté de Rikni en exécutant celui qui a bafoué les coutumes. Tous les meurtres sont ainsi loin d’amener à conséquences quand bien même ils ont été itérés publiquement et devant témoins – la coutume veut que Rikni rappelle à elle ceux qui ont trébuché et trépassé par la lame.

En revanche, le parricide est sévèrement puni ; tout comme l’assassinat d’une femme qui elle n’a pas les moyens de se défendre honorablement. Les « meurtres entre amis » sont ainsi surtout une affaire d’hommes.

Le viol
Avant on ne parle pas de viol mais « d’efforcement » ou de « défloration » si le viol a lieu sur une femme vierge. Le viol est très courant sur Marbrume, cependant peu de plaintes sont à noter : peur des représailles, honte sur la famille… Ces viols sont souvent le fait des jeunes hommes. En bande, ces jeunes citadins « chassent la garce ».
L’affirmation de la virilité entraîne fréquemment un déchaînement de violence et se traduit par des viols collectifs commis sur des femmes isolées et faibles, réputées communes. Soucieuses d’éviter ces dérapages, les autorités encouragent l’essor d’une prostitution officielle. La prostitution est un phénomène de sécurité publique et donne satisfaction aux pulsions les plus enfouies.

Les femmes victimes de viols sont rarement des fillettes car l’homme sera réprimé très sévèrement, ni des femmes de milieu aisé pour les mêmes raisons : toucher à une femme de haute société (noblesse ou bourgeoisie) est puni de mort.
Le plus souvent, les victimes sont des femmes célibataires, des veuves ou des épouses délaissées, des femmes qualifiées de déshonnêtes car elles n’ont plus de maris. Seul le statut d’épouse ou de mère est valorisé et reconnu. Ces femmes sont souvent issues de milieux démunis, servante ou épouse d’ouvrier car la sanction sera faible voire inexistante. Par conséquence, la femme est diffamée par le viol, elle y perd son honneur. Ainsi, une femme célibataire aura des difficultés à trouver un époux et une femme sera vraisemblablement abandonnée par son mari.

Nb : Ce passage sur le viol est tiré d’un article, résumant très bien la situation à Marbrume nous n’avons pas pris la peine de reformuler.

La peine de mort
La peine de mort est un spectacle autant qu’une sentence. Les condamnés sont amenés sur la place de la potence sur une charrette qui remonte lentement la Grande Rue des Hytres devant une foule avide de sang et de justice.
Parfois, lorsque la corde casse ou que le bourreau rate son office, l’on considère que c’est un message divin. La Trinité s’oppose à l’exécution du condamné ; le peuple crie alors pour la pitié et l’absolution. Il est même possible pour une femme de s’offrir en mariage à un homme pour le sauver d’une exécution, lui permettant de retrouver le droit chemin.

Le fou, la femme enceinte et l’enfant mineur ne peuvent être condamnés à mort. Du moins était-ce ce qui était en vigueur avant le Fléau, depuis la milice fait quelques abus mais dans l’immédiat cela ne reste pas légal. Condamner un prêtre de la Trinité est également peu courant et rare, mais cela ne reste pas interdit dans l’immédiat de l’exécuter s’il a commis une lourde faute.


Le mariage

Pour lier les mariés, entre deux citations des livres sacrés, le prêtre entrelace les mains et doigts des mariés selon un rituel assez complexe avec un ruban. De manière générale, l’on lie la main gauche de la femme, main du cœur, avec la main droite de l’homme, main du labeur. Le ruban lie les mains qui ont déjà reçu les alliances, scellant ainsi de façon symbolique leur union.
Pour les roturiers le ruban est le plus souvent beige ou gris, couleur simple et naturelle, mais aussi surtout parce qu’ils n’ont pas les moyens de s’offrir des rubans colorés ; les pigments pour garnir une étoffe, ne serait-ce qu’un simple ruban, étant très chers. Mais certains économisent toute leur vie durant rien que pour s’offrir ce fameux ruban de mariage. Chez les nobles, le ruban porte la plupart du temps les couleurs des maisons concernées sur chacune de ses faces.
Les mariés restent ensuite les mains liées (une main chacun) tout le long de la cérémonie, et sont censés rester ainsi toute la fête et la nuit de noces durant, même si pour plus de praticité et pour accueillir leurs invités, le ruban est souvent - voire tout le temps - délassé et alors précautionneusement laissé autour du poignet de la mariée.
Durant la cérémonie, le prêtre fait aussi couler de l’eau salée sur le front du couple, les liant à jamais sous les bons auspices d’Anür, dans la vie comme dans la mort. On leur souhaite également prospérité et une bonne descendance en évoquant Serus, et de faire face aux épreuves de la vie en puisant dans la force de Rikni.
Enfin, le mari offre un cadeau à sa femme qui sera le symbole de leur union, tandis que lui gardera le ruban une fois la nuit de noces terminée, pour y veiller jusqu’à la fin.

Dans le cas d’un veuvage, où un homme (ou une femme) prend un(e) nouvel(le) époux/se, le ruban du premier mariage est redonné au prêtre qui fera l’échange et procèdera à l’ajout du nouveau ruban dans un rituel un peu différent où il faut défaire les liens du premier mariage, souhaitant prospérité à l’âme du défunt.

Pour la nuit de noces, après les festivités qui font suite à la cérémonie, il est de coutume que les parents des mariés accompagnent ces derniers jusqu’à leur chambre. Lorsque les parents ne sont déjà plus, c’est alors une sœur, un frère, ou une figure très proche du couple qui les accompagne.
Une fois seuls dans la chambre, le couple peut alors honorer Serus. Il est de coutume que leur union se déroule dans une couche où est étalée une peau de bête pour invoquer la fertilité du dieu. Les plus fervents et plus zélés pour posséder une descendance rapidement vont même jusqu’à s’emmitoufler eux-mêmes dans des peaux comme tenue de nuit. Les plus riches pourront s’unir sur une peau de cerf, mais ces dernières étant extrêmement rares de par le côté sacré de l’animal, même les nobles n’en possèdent pas forcément (voir coutumes en vrac pour le cerf).
Une fois la nuit passée, le mari devra revenir vers le témoin qui avait mené le couple à la chambre pour confirmer la virginité de sa promise en assurant que cette dernière était digne des dieux et que le mariage aura été consommé dans les normes.


Coutumes en vrac

- La Trinité est célébrée les trois premiers jours de janvier, naissance d'une nouvelle année, à l'occasion d'une fête immense. Même les bas-quartiers de la ville n'échappent pas à quelques guirlandes de décoration.
Chaque dieu possède ensuite son jour attitré : pour Serus, jour du printemps au mois de mars, renaissance de la nature et début des ardeurs saisonnières. Pour Rikni, équinoxe de septembre, naissance de l'automne et de la dureté prochaine de l'hiver, et équinoxe d'été pour Anür, début de le saison chaude où les jeux d'eau deviennent courants en son honneur.

- Le cerf et le serpent sont des animaux sacrés ; on n’en mange pas. Le poisson lui n’est pas considéré sacré, bien qu'il appartienne au domaine de la mer et d'Anür, car seraient bien déplacés ceux qui oseraient comparer Anür, représentée par une sirène, à un hareng ou un saumon. Serus et Rikni, eux, sont représentés par des animaux qui existent réellement, l'on ne touche donc pas aux animaux correspondants. De même, si un homme est persuadé de croiser une sirène dans les vagues, abattre la créature serait un grave péché.

- Sacré, le cerf est donc interdit de chasse. En revanche, si l'on retrouve un cerf mort, il est autorisé de récupérer sa peau, ses sabots, etc. Mais l'homme ne doit jamais, au grand jamais, être la cause de la mort de l'animal. Aussi, posséder une peau de cerf est extrêmement rare, car il faut être vraiment chanceux pour tomber sur une carcasse de cerf assez récente pour que la décomposition ne soit pas avancée.
En revanche, tomber sur un cerf blessé et mourant autorise à achever la bête par bonté pour abréger ses souffrances.
En tous les cas, récupérer la peau, les bois, les poils d'un cerf mort est autorisé, mais consommer la chair de l'animal est strictement interdit.

- La biche, elle, n'est pas un animal sacré. Femelle du cerf, on lui donne néanmoins le respect qui lui est dû ; on lui accorde d'ailleurs toutes sortes de propriétés. Mais sa chair est consommable.

- Les femmes qui souhaitent donner naissance portent souvent des bijoux forgés dans du bois de cerf. Considéré comme une offrande à Serus, elles espèrent par là tomber prochainement enceintes. Contrairement à l'animal lui-même à qui l'on ne doit pas toucher, les bois, eux, tombent et repoussent chaque année chez l'animal, aussi trouver des bois de cerf dans la nature est loin d'être rare.

- Porter des vêtements laissant les bras dénudés est devenu une mode, particulièrement chez la noblesse, car c'est marque d'intégrité. En effet, montrer ses bras permet d'afficher la "pureté" de ces derniers, sur lesquels l'on ne retrouve aucune marque au fer rouge qui serait le témoin du bannissement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marbrume.forumrpg.org
 
Coutumes, culture et justice de Marbrume
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» faire découvrir les traditions et coutumes polonaises aux enfants
» master culture de l'ecrit et de l'image Lyon II
» La Justice et l'Injustice
» Justice à l'américaine
» Ministère de la culture - Mémoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marbrume RPG - Monde médiéval & Apocalyptique  :: Recueils royaux :: Ouvrages officiels :: Règlement & Contexte :: Annexes-
Sauter vers: