Marbrume



Partagez | 
 

 Malachite - Encore un après-midi bien employé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MalachiteMiséreuxavatar


MessageSujet: Malachite - Encore un après-midi bien employé.   Ven 28 Aoû 2015 - 22:28
Nom :
Prénom : Malachite.
Sexe : Masculin
Âge : Dix neuf, dans ces eaux là.
Rang : Banni.

Description physique : J'suis né dans un pays du sud, et ça y a toujours un connard pour me le faire remarquer. Le-dit connard aimera ajouter une vanne sur ma gueule de puceau, comme quoi j'ai pas fini de grandir des épaules et tout. J'ai beau essayer de compenser en me baladant lourdement armé, avec des fourrures de bestioles et ces machins de barbare, bah... j'suis quand même pas assez vieux. J'ai encore de l'acné, ou c'est les gaz des marais qui me font la peau grasse, je sais pas.
Enfin j'essaye de noyer le poisson, mais faut que j'avoue que c'est pas mon âge ou mon bronzage qu'on regarde en premier. C'est plutôt les petits détails, comme le fait que ma main gauche n'a que trois doigts valides – tu sais comme c'est la galère de viser à l'arc à trois doigts ? - ou les cicatrices sur mon visage – y en a ailleurs, mais je parle de celles qui se voient. Y a tout un coté de la bouche où il me manque des dents. Et ça se voit pas non plus, mais j'entends rien d'une oreille. Et j't'ai pas parlé de mon putain de pied. Bon, tu vois un pied ? Si mettons il se prend un gros meuble en fonte dans sa face, tu vois à quoi il ressemble après ? Bah on en parle pas. Y en a p'tète qui mangent là, on en sait rien.
'fin, tu vas me dire, dans un monde où on bouffe du lichen et des oiseaux morts pour vivre, qu'est ce qu'on s'en fout du physique des gens hein ?

Description mentale : Bah en ce moment je dirais que je parle tout seul dans le marais la nuit, en biberonnant comme un malade. Je suis un mec rigolo à la base, je crois, en tous cas c'était mon fond de commerce pour m'assurer de vivre aux crochets des gens, accumuler les dettes de jeux, niquer leurs femmes, et tout et tout. C'est loin tout ça maintenant. J'ai perdu vachement niveau humour, il est devenu plus noir, je sais pas. Quand j'ai besoin de me détendre après une journée dans les égouts, je dégomme des types de Marbrume au pif à l'arc. 'fin j'essaye, sans me faire choper, parce que je suis aussi trouillard qu'enragé. Je voudrais garder l'intégrité de mon autre main, merci beaucoup. Tu sais, on commence à vraiment bien s'organiser pour faire chier les autres connards de la ville, faut dire qu'ils sont salement dans la merde. Nous, j'dirais pas qu'on se roule dans la bouffe, mais on s'en sort quoi. On a survécu à un hiver, c'est dire.

Histoire : On m'a largué comme un gros déchet par dessus les murs de la ville. J'ai atterri sur un truc mou : les marécages. J'pense pas qu'il était prévu que je survive, pas avec l'étendue de mes blessures. Mais des fois on peut avoir de la chance. Je suis resté deux jours vautré dans la boue et dans mes propres souillures, à peine conscient, aucun Fangeux s'est baladé dans le coin à ce moment là – c'était le début du Fléau, faut dire. Ensuite s'est posé le problème de l'eau et de la nourriture. Là encore j'ai eu du bol : ne me voyant pas mourir, je me suis traîné sur mon seul bras valide jusqu'à une plante grasse pleine de baies. Quitte à crever, autant accélérer le truc et pas me faire bouffer par des monstres. Il règne un espèce de micro-climat dans les marécages, à cause des gaz qui s'échappent du sol. Une chaleur humide qui pue, donnant lieu à une flore pas très comestible. Il a fallut que, sur toutes les plantes qui pouvaient me tuer, je tombe sur la rarissime variété gorgée d'eau et nourrissante. Ça ne me guérissait pas du copieux passage à tabac que j'avais subis, mais au moins ça m'a permis de vivre un jour de plus. Une semaine entière en fait, allongé en position foetale, seul au milieu des marécages. La fête quoi.

Après cette semaine de folie, à me regarder crever dans d'atroces souffrances, tu comprends que j'ai pas hurlé de joie en voyant approcher des silhouettes vers moi. Mon seul œil valide encroûté de sang coagulé me permettait pas de voir si c'était des Fangeux ou pas. Mais le pire pronostic, ça aurait été des gardes de la ville. Je peux plus trop les voir en peinture ceux là, tu comprendras. Ils m'avaient même laissé mes fers, ces gros cons, j'ai du attendre d'avoir assez maigri pour faire passer mes poignets hors des anneaux. J'ai rampé sur mon putain de coude pendant des jours ! J'ai encore le monde vu du dessous incrusté dans mes rétines tellement c'était chiant.
Mais bref, c'était pas des gardes ou des Fangeux.

Oh, à l'époque ils étaient cinq six à vivre dans les marécages entre Bannis. C'était le début, comme je disais. Entre deux, ils sont tous morts, d'autres les ont remplacé, plus nombreux. Mais c'est pas la question, à l'époque c'était ceux là. Dans le tas y avait un herboriste, attiré par les plantes locales. Une chance hein ? Mais bref, je me souviens bien de ce moment, surtout parce que j'ai eu la trouille. Ils auraient pu me manger ou je sais pas quoi, mais ils ont dit ça après s'être penché sur moi pour voler mes bottes :

- Oh bordel... il est vivant. Mais regarde, y a même des vers dans ses... oh bordel de bordel. Tu nous entends ?

J'ai poussé un vague grognement, meilleur manifestation de vie que je pouvais fournir. Y avait pas un centimètre de moi qui ne me faisait pas mal, même mon côlon ils l'ont mis en charpie ces sales bâtards.

- Bon, on te ramène hein ? On te laisse pas là.

Pour ce que ça peut faire... mourir dans une cabane puante au lieu du marais puant ? Magnifique. Mais je suis pas mort. Je me souviens pas bien de cette période parce que le fameux herboriste me donnait des trucs contre la douleur, mais je me souviens du village et des gens dedans. C'était le début, ça roulait pas bien. On en était encore à « comment trouver de la bouffe ? Comment se défendre des Fangeux ? ». Ça donnait une bande de gens maigres à faire peur en train de traîner n'importe quelle merde pour en faire une barricade. Mais ils partaient dans le bon chemin, en devinant dès le départ que les monstres allaient devenir de plus en plus nombreux et qu'il faudrait une défense solide. Moi de mon coté j'essayais de rester en vie. Il a fallut me couper un doigt, à cause de l'infection. J'ai failli crever plusieurs fois. Mais non en fait. J'suis toujours là. Une meuf qui traînait souvent avec moi pour être la première à me piquer mes bottes quand je mourrais m'a demandé pourquoi on m'avait mis dans cet état là. C'est une bonne question, j'avais pas envie qu'on me la pose parce que la réponse est vraiment conne, mais j'étais trop loque pour inventer un mensonge qui se vaille. Alors voici l'explication exacte, les faits tels qu'ils se sont déroulés :

- Beeeen... j'ai niqué avec la cousine du capitaine de la garde, puis j'm'en suis vanté.

- Wow, t'es pas très malin hein ?

- Ben je savais pas que c'était elle ! J'vis à Marbrume que depuis trois ans ! Puis je l'ai pas forcé non plus, merde.

- Tes parents sont là aussi ?

Je lui jette un regard mauvais – enfin je plisse un peu mes yeux déjà gonflés par des restes d'hématomes. C'est vexant comme question ça, j'suis pas un gamin ! J'suis adulte ! Ça fait des années que j'ai quitté mon bled natal. J'me suis engagé dans l'armée pour chercher fortune – oui c'est très con, mais rappelons que j'étais très jeune – et j'ai déserté quelques mois plus tard quand j'ai compris que je la trouverai pas. J'avais pas l'âge qu'il fallait à l'époque, mais ils sont vachement moins regardant en temps de guerre. Tant que t'as des poils au zgueg, ça va, t'es un guerrier. Moi je voulais pas mourir, puis faire du mal aux gens, c'est nul un peu. Alors je suis parti vers le nord, toujours plus loin vers le nord, et j'ai pris un bateau, et j'ai encore continué, et maintenant je suis dans ce pays horrible avec un doigts en moins et une oreille qui entend plus. Putain. J'aurais dû rester à la ferme de mes vieux, peut être qu'il y a pas de Fangeux là bas. Bref, je continue : faut lui expliquer que je suis pas un gamin, à la dame là :

- Ben non ils sont pas là, mais y a mon officielle et le gosse dans la ville. J'sais pas ce qu'ils sont devenus, avec tout ce bordel.

Ça, ça me rend un peu triste. La copine je l'avais rencontré peu après mon arrivée dans cette ville du grand nord, et on s'était tout de suite bien entendu. Si il y avait une connerie à faire, elle était là, avec moi, et en plus c'est une leveuse de coude de première. Et la petite, elle marchait à peine quand on m'a balancé par dessus le mur. J'espère qu'ils vont bien. Je suis pas un fouteur de merde putain ! Pas un criminel ! OK des fois j'fais des bêtises, mais c'est des petites bêtises. OK je connaissais tous les connards de la ville, mais j'ai jamais rien fait moi ! Pas un cambriolage, un meurtre, juste des trucs honnêtes. Faire le guet pendant un plan, à la limite, pour arrondir les fins de mois. J'suis sûr l'autre gros con il voulait troncher sa cousine et il était vexé que je l'ai fait avant lui.

Bref, quelques jours après cette conversation passionnante sur mon passé, je me suis barré. Je voulais pas rester avec d'autres gens, je sais pas. La grosse branlée que je me suis prise a creusé une blessure dans ma petite âme racornie, un fond de terreur qui n'y était pas avant. Mourir seul dans les bois ressemblait à un sort plus gérable.
Mais là encore, je suis pas mort.
J'ai exploré les marécages pendant des mois. Au début j'ai galéré, j'ai dû me remettre à l'arc alors que j'en faisais plus depuis la chasse au lièvre chez mes parents. Maintenant c'est plus rodé, j'ai mes spots de pêches, mes petits chemins à travers les arbres. En un circuit de deux jours je trouve de la bouffe à échanger dans les faubourgs. Mais au début j'en ai chié, surtout avec mes vieilles blessures que je traînais comme autant de boulets. Puis il y avait la solitude. J'aurais pu retourner au village des Bannis, mais ça n'aurait pas suffit. Eux ils avaient vu mon museau tout retourné, les marques de coups de pied, ça changeait tout. Moi j'aurais voulu juste picoler avec des copains en cassant des trucs et en se foutant de la gueule des passants. P'tète piquer une tête dans l'un des réservoirs des égouts à la rigueur, avec l'officielle. Pas passer le reste de ma vie dans un marais à la con. Tu sais le pire ? Des fois je les vois, les Fangeux. La nuit. Je dors dans les arbres, et à cause de l'odeur de daube moisie que je dégage, ils me trouvent pas. Mais je les vois, de loin, entre les branchages. Des reflets de mouvements à cause de la lumière de la lune. Ça fait super peur. Même après tous ces mois j'trouve ça terrifiant. J'ai déjà une morsure, je suis foutu, mais j'aimerais bien ne pas mourir mangé. Et pourtant, toutes les nuits je les entends bouger.
En journée je commence à diversifier mes activités, parce qu'on peut pas vivre que de fruits des marais. Déjà, j'me suis crée un nouveau besoin après tous ces mois de solitude : l'alcool. Puis la civilisation a du bon des fois, genre elle fabrique des bottes, des flèches, ce genre de trucs. Mais c'est surtout la picole qui m'intéresse. Moi j'suis prestataires de service en échange. Surtout que j'ai trouvé une entrée dans les égouts, et y a que moi qui la connaît ! J'aide tout le monde, pourvu que le-dit monde ait pour but de faire chier les gens de Marbrume. Je connais bien la bande à Kanna, et les Purificateurs. Je vais faire les petites courses des uns et des autres. Parce que oui, je rentre en ville ! … pourquoi j'y reste pas ? Beaucoup trop dangereux, déjà, j'ai comme tout le monde la marque sur la partie tendre de mon avant-bras, une grosse cicatrice luisante, sans parler de la trace de morsure sur l'épaule – les aléas de la vie sauvage. Ensuite, je vais forcément finir par être reconnu. C'est un déchirement mais je ne peux plus vivre comme j'ai vécu. Je me contente de faire copain avec les autres bannis et développer mon business.

--

Certifiez-vous avoir au moins 18 ans ? Mentalement je les ai pas.
Comment avez-vous trouvé le forum ? (Topsites, bouche à oreille...) Je sais plus, j'crois qu'il y a des anges qui sont descendus du ciel dans une lumière dorée en chantant des hosanna, mais ça m'arrive tout le temps ce genre de trucs.
Vos premières impressions ? « Oh un univers post ap/med, c'est rigo... OH PUTAIN Y A PAS DE MAGIE. »
Des questions ou des suggestions ? Nan quand on fait des fiches daubées du cul, on se permet pas des suggestions sauf qu'il faudrait de la magie putain !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre de VentfroidFondatriceavatar


MessageSujet: Re: Malachite - Encore un après-midi bien employé.   Ven 28 Aoû 2015 - 23:18
*Arrive la larme à l'oeil, toute émue*

C'est avec honneur que j'accueille le tout premier Banni de ce forum, et aussi avec honneur que je valide la première fiche terminée sur le forum !

Je n'ai rien à redire à ta fiche ; elle te correspond bien, et je pense que tu pourras avoir de très belles opportunités de rp avec ce personnage. Il revient de loin ^^

*Enlace Malachite*

Bienvenue sur Marbrume !

(Bon faut me le dire si j'en fais trop, hein.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auray de VauvrurComteavatar


MessageSujet: Re: Malachite - Encore un après-midi bien employé.   Mar 1 Sep 2015 - 15:21
Bienvenu *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OttoArtisanavatar


MessageSujet: Re: Malachite - Encore un après-midi bien employé.   Ven 29 Avr 2016 - 14:21
j'aime bien ce style, vraiment un don.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe de TourresHaut-Prêtre de la Trinitéavatar


MessageSujet: Re: Malachite - Encore un après-midi bien employé.   Dim 23 Avr 2017 - 15:08
J'aime bien ce style, vraiment un don.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Malachite - Encore un après-midi bien employé.   
Revenir en haut Aller en bas
 
Malachite - Encore un après-midi bien employé.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le lac du Bourget cet après midi...
» Après-midi à Lyon avec l'amoureux...CRAQUAGE En PHOTOS ! :3
» Après-midi anniversaire
» Un mercredi après-midi
» Après-midi vin chaud

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marbrume RPG - Monde médiéval & Apocalyptique  :: Recueils royaux :: Présentations :: Fiches de personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: