Marbrume



Partagez | 
 

 Martin Lapierre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Martin LapierrePrêtreavatar


MessageSujet: Martin Lapierre   Sam 16 Sep 2017 - 15:45




Prénoms & Nom




Identité



Nom : Lapierre
Prénom : Martin
Âge : 33 ans
Sexe : Masculin
Rang : Prêtre de la Trinité
Carrière : Prêtre (Cha+2 Int+1 Hab+1)
Compétences : Alphabétisation, Entregent (bas peuple), Hypnose, Musique (instruments à corde)
Objets : Toge, Orpharion (variante du luth)


Physique


Homme d'apparence ordinaire, aux épaules étroites, passant inaperçu où qu'il aille.
Il porte une simple toge sans la moindre fioriture, marque de son rang, d'une couleur légèrement plus foncée que le brun de ses cheveux. Cette tenue austère s'accompagne d'un sac en toile rudimentaire quand il transporte des objets encombrants - un opharion usagé, la plupart du temps.

D'une propreté irréprochable, il dégage une légère odeur marine - il préfère les bains de mer discrets aux thermes du Temple pour son hygiène corporelle. Les personnes qui verraient alors son dos à l'air libre pourraient y distinguer des traces de lacération, provenant de la période où il se flagellait (hiver 1164).

Son visage fatigué et marqué, ainsi qu'une barbe déjà grisonnante, lui font paraître au moins dix ans de plus que son âge réel. Passant beaucoup de temps en extérieur - du moins pour un prêtre - il bénéficie néanmoins d'un teint agréablement hâlé lors des périodes ensoleillées.

Extrêmement placide, avec des yeux bleus-gris et une voix monocorde, il inspire naturellement la confiance.

Personnalité


Martin était un prêtre sans éclat, pour qui la religion était davantage un métier qu'une vocation. Plus lent à apprendre que ses condisciples, les ouvrages profanes de la bibliothèque l'intéressaient bien plus que la théologie. C'est pourquoi on l'affectait plutôt à des tâches secondaires, loin des offices importants et des fidèles prestigieux.
Peu intéressé par les plaisirs de la vie, ses besoins ont toujours été modestes si bien qu'il se complaisait parfaitement dans cette existence routinière.

Comme beaucoup, sa vie changea radicalement après l'arrivée des Fangeux (cf. « Histoire »).
Tous ses proches sont morts, l'édifice de ses croyances antérieures s'est effondré, et il suit désormais son propre chemin.

Sa pratique et ses services religieux sont aujourd'hui peu conventionnels, s'éloignant parfois de la doctrine officielle sans jamais la renier (ce qui plait à certains, moins à d'autres). Il passe la majeure partie de son temps dans les bas-quartiers, privilégiant le contact direct du peuple à l'enceinte intimidante du Temple. D'ailleurs, il lui arrive souvent de passer la nuit parmi les réfugiés et autres indigents, jouant de l'orphalion et bavardant avec eux en toute simplicité.
Curieux et ouvert, n'importe qui peut l'aborder. Il emploie fréquemment l'hypnose pour accompagner les mourants et apporter un peu de joie éphémère. Cependant, il refuse catégoriquement toutes les demandes relatives au mariage, et se ferme dès qu'on aborde le sujet.

Par mauvais temps, il n'est pas rare de le trouver dans la bibliothèque du Temple à étudier les textes sacrés qu'il négligeait jadis.

Souffrant d'insomnie, il prie ou médite à ses heures perdues.


Histoire



Hiver 1132 : destinées toutes tracées

- Tu es sûr de vouloir l'envoyer au Temple ? demanda Yvette en tenant affectueusement son nouveau-né.
- Oui, confirma Antonin sans hésitation. Il faudra quand même se serrer la ceinture, mais Martin aura une éducation religieuse.
- Et si nous n'avons pas d'autre fils ? poursuivit la jeune mère. Qui t'aidera dans l'atelier quand tu seras vieux ?
- Femme de peu de foi ! Je rends service aux dieux en sculptant la pierre à leur effigie ! s'emporta son mari. Tu ne crois quand même pas qu'ils vont m'abandonner alors que je leur offre mon premier fils !
- Si tu envoies notre petite Sarah à ta place, Martin pourra être ton apprenti et hériter de...
- Arrête de remettre ça sur le tapis ! Vous, les femmes, n'êtes pas fiables du tout. Elle pourrait être engrossée par n'importe qui et faire honte aux dieux, ou succomber aux charmes du premier venu et quitter les ordres du jour au lendemain ! Non, notre aînée t'aidera pour les tâches domestiques, comme je l'avais décidé.
Antonin se frotta la barbe, pensif, tandis qu'il se calmait.
- Sarah fera une bonne fille pieuse et obéissante qui travaille dur, conclut-il. Et Martin entrera au temple pour devenir prêtre. Les dieux seront comblés.

~

Printemps 1145 : une fille en remplace une autre

- Alors Antonin, y paraît qu'ta femme vient d'accoucher ?
- Oui, les dieux nous ont fait la grâce d'une autre petite fille ! Maryse qu'on l'a appelée ! On ne s'y attendait plus, depuis le temps...
- C'est vrai que vot' p'tit Martin est déjà grand, non ? Toujours fourré au Temple à s'esquinter les yeux sur des gribouillis ?
- Pour sûr ! répondit le sculpteur avec fierté. Il est un peu en retard, mais il sera bientôt prêt pour la cérémonie de passage [à l'âge adulte]. Tu te rends compte, à peine treize ans et il sait déjà lire, et même écrire !
- J't'envie, l'sculpteur, j'aurais bien aimé qu'un d'mes gamins soit aussi intelligent ! Et tu as décidé quoi pour ta dernière, l'envoyer aussi au Temple ?
- Oh que non ! Mon aînée est partie dès qu'elle a été en âge de se dégoter un mari, et Yvette me rappelle toujours qu'on prend de l'âge... Alors on va la garder et la bichonner, comme ça elle prendra soin de nous quand on sera vieux ! Ha ha !

~

Juillet 1164 : aveuglement

- Tu as entendu la rumeur concernant ce fléau venu de l'ouest, les Fangeux ? demanda Antonin avec inquiétude.
- Oui, père, répondit calmement Martin. Comme toujours, la peur et la boisson auront déformé les faits. Il s'agit sans doute de coquillards bien organisés, ou au pire d'une guerre sournoise.
- Tu en es sûr ? persista Yvette, plus difficile à rassurer.
- Voyons, mère, tu ne vas pas croire ces racontars du bas peuple ? Nous aurons bientôt des informations fiables de la part du duché, et je suis sûr que la réalité est bien moins tragique. En plus, nous ne risquons rien dans l'enceinte de Marbrume, alors ne t'inquiète pas.
- Mais ces pauvres gens, quand même... lança timidement Maryse.
Martin sourit et posa sa main sur la tête de sa petite soeur, la caressant doucement.
- Si vous voulez, je passerai ce soir à la maison et nous pourrons prier ensemble pour leurs âmes. Les dieux ne sont jamais insensibles aux prières désintéressées.

~

Septembre 1164 : adieu, père

- Père est mort, dit Martin d'une voix tremblante.
Il était blanc comme un mort, et quelques traces sur sa toge trahissaient des tâches de vomi nettoyées à la va-vite.
Yvette éclata en sanglots, tandis que Maryse, des larmes s'échappant déjà de ses yeux, se précipitaient vers sa mère pour la réconforter.
- Je lui avais dit de ne pas sortir de Marbrume ! hurla la veuve. Que c'était trop dangereux avec ces maudits Fangeux !
- Tu sais comment il est, rétorqua Martin, employant toujours le présent. Il faut toujours qu'il livre et contemple ses sculptures une dernière fois quand il s'agit d'une commande de groupe. Et puis, personne ne s'imaginait que les Fangeux étaient déjà à nos portes...
- C-comment était-il ? hésita Maryse. Tu l'as vu ? I-il n'a pas trop souffert ?
Martin blêmit encore plus, et le souvenir du corps horriblement mutilé lui noua de nouveau l'estomac.
- Il n'a pas eu le temps de souffrir, mentit le prêtre.
- Pourquoi ? Pourquoi Anür nous a-t-elle infligé ça ? implora la vieille femme.
Martin tourna les talons et sortit en silence. Il n'avait aucune réponse à fournir, et ne se sentait plus le courage de mentir à sa mère.

~

Novembre 1164 : adieu, mère

[...]

- Maintenant, rappelle-toi le jour de votre mariage, continua Martin d'une voix douce. Comme tu étais belle ! Antonin n'avait d'yeux que pour toi, et ils brillaient d'un amour béni des dieux. Tu te souviens du ruban qui vous unissait ?
- Oui... murmura Yvette d'une voix lointaine. Oh, il était tout simple ce ruban, nous n'avions pas les moyens à l'époque. Mais pour moi, il valait tout l'or du monde !
- C'est bien... continue à te souvenir du bonheur que vous éprouviez, poursuivit le prêtre hypnotiseur, concentre-toi sur ton coeur qui battait fortement dans ta poitrine, sur les papillons dans ton ventre...
- Oh ! Comme il est maladroit ! pouffa la veuve en revivant la scène. Le prêtre a du mal à nouer le ruban, et Antonin le fixe avec un tel sourire moqueur ! Le pauvre est cramoisi et j'ai une terrible envie d'éclater de rire ! Je suis tellement heureuse !
- C'est bien, c'est parfait... Maintenant, la cérémonie est passée et vous passez aux festivités. Tu revois vos familles, vos proches, tu entends des voix familières, des rires, de la musique peut-être...
- Oh ! Mais c'est Jules ! Quel drôle de chapeau tu portes !
Martin retira délicatement sa main de celle de sa mère mourante, tandis qu'elle souriait, aux anges, plongée dans le vibrant souvenir de son mariage. Maryse était rentrée.
- Je suis désolée, je n'ai rien trouvé chez l'apothicaire, chuchota la jeune femme, les yeux embués. Avec tous ces réfugiés et cet hiver glacial, les remèdes sont devenus inaccessibles.
Martin essuya les larmes de sa soeur à l'aide de son pouce.
- Tu n'y es pour rien, Mayrse. Et comme l'a dit le médecin, il n'y plus rien à faire, sinon atténuer la douleur en attendant son dernier soupir.
- Ça a marché, ton truc ? s'enquit-elle en jetant un oeil sur leur mère.
- Je crois, oui. C'est la première fois que j'utilise l'hypnose pour soulager une personne proche de la mort, mais elle a l'air de ne plus souffrir. Mieux, je pense qu'elle est vraiment heureuse.

[...]

- Maryse ? souffla Yvette en se réveillant.
- Je suis là, mère, répondit-elle en prenant la main de sa mère, lasse après avoir veillé toute la nuit.
- Ton père t'aimait énormément, tu sais. Avec toi, il voulait rattraper ses erreurs avec Sarah...
- Ma soeur qui est partie quand j'étais toute petite ?
- Oui, ma chérie. Il s'est toujours montré très dur avec elle, et s'il s'était conduit différemment, peut-être qu'elle vivrait encore à Marbrume, au lieu de trouver la mort sous les griffes de ces horribles créatures... comme mon Antonin.
- Allons, mère, nous n'en savons rien ! Elle n'a jamais donné de nouvelles. Elle est peut-être encore en vie, quelque part.
- Tu es une brave fille, ma chérie, murmura la mourante. Maintenant que tu n'auras plus à t'occuper de ta vieille mère, Martin te trouvera un bon époux qui saura te protéger.
- Ne dis pas ça, mère ! Je suis heureuse avec toi, et quand les mauvais jours seront passés, nous...
- Martin ? coupa-t-elle, haletante.
- Oui, mère, je suis là. Ne t'inquiète pas, je promets d'exaucer ton souhait concernant Maryse. J'ai également prié pour qu'Anür t'accueille et te conduise auprès de père.
- Ne m'en veux pas, mon garçon, mais si je croise la déesse, je lui dirai à quel point elle est injuste... et... cruelle.
Yvette s'éteignit avant que le prêtre, bouche bée, ne trouve quoi répondre.

~

Décembre 1164 : adieu, soeur

[...]

- Merci, Martin, c'était une belle cérémonie, se réjouit Maryse en embrassant son frère. Pendant un temps, j'ai même oublié tout le malheur qui nous entoure.
- Je l'avais promis à notre mère, et tu ne méritais pas moins. Avec un milicien comme époux, tu seras à l'abri des crapules et des Fangeux.
- J'aurais tant aimé qu'ils soient présents...
- Moi aussi, mais ils nous observent sans doute de là où ils sont, et ils doivent être fiers de toi, avança Martin sans conviction.
- Tu crois ? Après ce que mère a dit dans son dernier soupir...
- Elle ne le pensait pas vraiment, mentit le frère. Les dieux savent ce qu'il y a dans nos coeurs, une parole malheureuse jetée dans la confusion ne suffit pas à damner une personne aussi pieuse.
- Tu as sûrement raison. Après tout, c'est toi le prêtre !
- Et d'ailleurs, c'est en leur nom que je vais maintenant t'accompagner pour ta nuit de noces, ordonna Martin en esquissant un pâle sourire.
Maryse, les joues déjà rougies par l'émotion, vira à l'écarlate.

[...]

- Elle a de la chance, la mariée ! Un frangin qui organise le mariage, mène la cérémonie et la conduit à ses noces !
- Dans la situation actuelle, qui peut parler de chance ? rétorqua Martin. Elle a beaucoup souffert avant d'en arriver là.
Le témoin du marié haussa les épaules.
- Bah ! Comme nous tous. L'heureux élu a perdu presque tout'sa famille à cause d'ces maudits Fangeux, ajouta-t-il en pointant du pouce la chambre nuptiale.
Des gémissements caractéristiques se firent entendre derrière la porte.
- D'ailleurs, sa soeur était pas mal avant de dev'nir une putain, commenta le milicien. Moi, j'en pense que c'est la mariée qui s'en est l'mieux sorti dans c't'histoire.
De petits cris succédèrent aux gémissements, avant de s'interrompre subitement.
- Eh b'en, on dirait qu'not' p'tit soldat a déjà fini son affaire, ricana le bavard en affichant ses dents pourries.
- Je le verrai demain, glissa Martin. Rapide ou pas, je suis sûr que tout s'est déroulé selon les règles.
- Plutôt coincé le cureton, marmonna le témoin.
Alors que le prêtre s'apprêtait à quitter les lieux, la porte s'ouvrit. Le marié, dans une totale nudité, la franchit d'un pas saccadé. Il regardait ses mains, grandes ouvertes et portées devant ses yeux, comme si elles ne lui appartenaient pas.
- Elle... elle criait, murmura-t-il, hébété.
- Nooon ! hurla Martin en bondissant dans la chambre nuptiale.
Maryse était étendue sur le lit, nue et figée, des marques de strangulation sur le cou.

~

Janvier 1165 : adieu, vie

[...]

- Hé, l'ami, tu m'entends ? cria l'homme en tapotant du pied la loque humaine étendue à même le sol.
Celle-ci se recroquevilla en poussant un faible grognement.
- Parfait, je prends ça pour un oui, poursuivit l'inconnu en s'asseyant à côté de son interlocuteur.
Il réfléchit un instant, puis souffla dans ses mains afin de se réchauffer.
- Écoute, l'ami, des gars comme toi qui se laissent mourir, on en trouve plein dans les bas-quartiers, et ma foi c'est vous que ça regarde. En plus, avec la famine, on peut dire que ça arrange les gens comme moi qui cherchent à survivre. Pourquoi et comment tu en es arrivé là, c'est pas mes oignons, mais il se trouve que j'ai besoin d'un type comme toi. Je parle de ta toge de prêtre.
L'homme jeta un oeil sur l'homme à demi mort, qui ne manifestait toujours aucune réaction.
- Je sais que les dieux n'ont plus trop la côte en ce moment, mais moi j'y crois toujours dur comme fer, sauf que les prières c'est pas mon truc.
- T-temple, gémit le misérable en pointant la direction du grand édifice.
- Peuh ! Avec toute cette misère, tu crois qu'ils en ont quelque chose à foutre d'un pauvre type comme moi ? Pardonne mon langage, mais en fait, il n'y a pas que ça...
L'homme se mordit la lèvre inférieure, hésitant.
- Bon, autant te raconter toute l'histoire. Je faisais partie d'une troupe de forains, en qualité de musicien - je joue de l'orpharion, tu vois. Bref, on était en tournée pas très loin d'ici quand les Fangeux ont débarqué. On formait un groupe soudé, mais on s'est vite aperçu que la solidarité avait ses limites, et chacun est parti de son côté. Moi, j'avais vraiment la trouille, et j'ai fui sans me retourner en direction de l'est. En direction opposée de ma famille. Pour sauver ma peau.
L'homme souffla à nouveau dans ses mains.
- Eh oui, tu m'as bien entendu. Je suis un lâche qui a abandonné ceux que j'avais juré de protéger. Et j'ai fait des choses pas jolies pour survivre jusqu'ici. Alors tu comprends, je vois mal les dieux ou leurs immaculés serviteurs s'apitoyer sur un gars comme moi. C'est pour ça que je veux te proposer un marché.
L'homme marqua un temps d'arrêt.
- Mon plan, c'est de m'engager dans la milice au printemps, repousser les Fangeux et rejoindre ma famille. Grâce à ma musique, on devrait survivre jusqu'à la fin de l'hiver sans crever de faim. Je pourrai même t'apprendre à jouer de l'orphalion si tu veux - c'est pas bien compliqué. Mais en attendant, je veux que tu pries tous les jours pour ma femme et mes gosses, et nos retrouvailles futures si c'est pas trop demandé.
L'homme attendit une réponse, en vain.
- Tant qu'on est en vie, j'en dis qu'on peut toujours essayer de faire mieux et racheter ses fautes. Oui, même quand on a la bourbe jusqu'au cou, on peut essayer de s'accrocher à une branche. Ou choisir d'abandonner, et disparaitre dans les limbes pour toujours.
Il tendit alors le bras.
- Franchement, quand on a la chance d'avoir une main secourable qui vient nous aider, surtout quand la bourbe s'étend partout, il faut vraiment vouloir être damné pour ne pas la saisir.

~

Mars 1165 : adieu, ami

[...]

- En tant qu'ami et en tant que prêtre, je t'offre l'absolution pour tes fautes passées, déclara solennellement Martin.
- Tu parles ! rugit l'ancien musicien dans un hoquet. Je n'ai même pas tué un seul Fangeux, et je vais crever pour une foutue flèche perdue dans les côtes. Quelle fin héroïque !
- Tes intentions étaient nobles, et tu as eu le courage de les mettre en oeuvre en te portant volontaire. Le reste ne dépendait pas de toi.
- Et puis, on l'a quand même repris, le Labret...
L'homme toussa du sang.
- Oui, votre bravoure permettra d'endiguer la famine, et de sauver un grand nombre de vies. L'histoire négligera les héros anonymes comme toi, mais on vous témoignera tout le respect qui vous est dû dans l'autre monde.
- Merci, tu m'as bien remonté le moral, ria le mourant avant de tousser plus violemment.
- Je peux me tromper, mais tu sais que je ne mens pas, encore moins à l'ami qui m'a tendu la main alors que j'allais sombrer dans la damnation.
- Tu prendras soin de mon orphalion, hein ? C'est tout ce qu'il reste de moi. Mon fils, ma femme... je sais qu'ils sont morts.
- Nous n'en savons rien. D'autres cités fortifiées comme Marbrume existent peut-être dans l'ouest, où ils ont pu trouver refuge. Mais dans le cas où ils t'attendent déjà au ciel, permets-moi de te guider jusqu'à eux, mon ami.
L'ancien réfugié hocha la tête et se relâcha. Il souriait déjà à l'idée que son enseignement musical avait permis à Martin de perfectionner sa technique, soulageant ainsi les souffrances de nombreuses personnes. Un bon point pour l'après-vie, assurément.
Martin s'empara du vieil instrument, puis se mit à jouer un air simple et paisible.
- Et maintenant, ferme les yeux et imagine-toi sur une petite colline baignée de lumière, ta femme et ton fils jouant et riant au milieu de fleurs aux multiples senteurs toutes plus agréables les unes que les autres...


Soi réel




Certifiez-vous avoir au moins 18 ans ? Oui.
Comment avez-vous trouvé le forum ? Recherches sur Internet.
Vos premières impressions ? Intimidé. C'est mon premier forum rp, et il m'a fallu plusieurs mois avant de choisir Marbrume (essentiellement pour son contexte médiéval réaliste et sa communauté mature) puis créer un personnage.
Des questions ou des suggestions ? Aucune. Je m'attends toutefois à commettre des erreurs de débutant et m'en excuse par avance.



Marbrume soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif



Dernière édition par Martin Lapierre le Sam 16 Sep 2017 - 17:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfonso OnceroDomestiqueavatar


MessageSujet: Re: Martin Lapierre   Sam 16 Sep 2017 - 15:49
Bienvenue, et sympa comme perso'

T'en fais pas, ne sois pas intimidé, tout se passera bien, il n'y a pas de raison. tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mederich de CorburgComteavatar


MessageSujet: Re: Martin Lapierre   Sam 16 Sep 2017 - 15:55
La bienve à toi musicien du divin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité


MessageSujet: Re: Martin Lapierre   Sam 16 Sep 2017 - 16:06
Bienvenue à toi Smile

As-tu terminé ta fiche ?
Revenir en haut Aller en bas
Martin LapierrePrêtreavatar


MessageSujet: Re: Martin Lapierre   Sam 16 Sep 2017 - 16:32
Merci de votre accueil !

Ethaïs Guire "Iris" a écrit:
As-tu terminé ta fiche ?
À moins que des modifications soient nécessaires : oui Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité


MessageSujet: Re: Martin Lapierre   Sam 16 Sep 2017 - 16:49
Ok Smile

Physique : couleur des cheveux ? A-t-il des traces sur le corps comme des cicatrices ou un grain de beauté particulier ?

Personnalité : Ok, personnage intéressant, hate de le croiser en RP Wink

Histoire : J'ai beaucoup aimé de la façon dont elle est narrée. Il a vraiment pas eu de chances Martin quand même.

Une fois que tu m'auras répondu pour le physique, je te validerai et tu pourras te lancer dans une ville entravée par la mort, la trahison et les fangeux Smile
Revenir en haut Aller en bas
Astrid la DouceCartomancienneavatar


MessageSujet: Re: Martin Lapierre   Sam 16 Sep 2017 - 16:50
Bienvenue =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talya de HaldonoresPrêtresseavatar


MessageSujet: Re: Martin Lapierre   Sam 16 Sep 2017 - 17:20
Enfin un clerc, d'un certain type mais un clerc. Bienvenue sur Marbrume !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Martin LapierrePrêtreavatar


MessageSujet: Re: Martin Lapierre   Sam 16 Sep 2017 - 17:49
@Ethaïs : Voilà, j'ai un peu étoffé la partie « Physique », sachant que l'image de mon avatar correspond bien au personnage. J'avais envie de jouer un personnage torturé, et il est vrai que je n'y suis pas allé de main morte Very Happy
Merci pour tes remarques !

@Tayla : Oui ! L'idée de Martin m'est venue en lisant le contexte de Marbrume, mais j'ai relevé par la suite que les personnages religieux n'étaient pas très prisés (sur d'autres forums aussi, d'ailleurs). Il faut de tout pour faire un monde virtuel Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trouble-fêteMaître du jeuavatar


MessageSujet: Re: Martin Lapierre   Sam 16 Sep 2017 - 18:18
Je te valide donc. Voici ta carrière : ici?

En cas de questions, n'hésite pas à envoyer un MP ou à passer sur la CB (même si c'est pour papoter)

Bon jeu parmi nous Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Martin Lapierre   
Revenir en haut Aller en bas
 
Martin Lapierre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Buffet communion de Martin
» La foire Saint-Martin de Saint-Hilaire-du-Harcouët (50).
» Saint-Martin-du-Manoir - X Bénard & Bénard
» Le Bocasse-Val-Martin
» Doc Martin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marbrume RPG - Monde médiéval & Apocalyptique  :: Recueils royaux :: Présentations :: Fiches de personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: