Marbrume



Partagez | 
 

 Bòr La Truffe [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Bòr La TruffeMaître-chienavatar


MessageSujet: Bòr La Truffe [Terminée]   Mer 31 Mai 2017 - 6:32




Bòr La Truffe


Identité



Nom : La Truffe
Prénom : Bòr
Âge : 38
Sexe : Masculin
Rang : Bòr est citoyen du peuple de Marbrume, maître-chien d'expérience fournissant ses services et ses bêtes à une variété de groupes. On dit qu'il est le meilleur dans son domaine et entretient de bonnes relations autant avec les castes élevées que les plus basses. Il entraîne des chiens pour le Labret, pour la noblesse et pour la milice de Marbrume et vend aussi ses chiens aux gens du peuple.
Carrière envisagée & tableau de départ avec les 4 PCs :
- Carrière du marchand
- +1 HAB, +1 INT, +2 CHA
Compétences et objets choisis :
Compétences:
- Dressage
- Soins des animaux
- Emprise sur les animaux
- Commerce
Objets:
- Faux
- Tenue en lin
- Gants en cuir usé

Physique



Sachant que les chiens discernent avec beaucoup moins de clarté les objets immobiles que ceux en mouvement et que les Hommes n’y comprennent presque rien aux mœurs des canidés, il serait difficile de croire que le sourire béat sur le visage de Bòr ait quelconque utilité. Or, il est bien là, gardant obstinément son poste et supervisant le travail des commissures délicates, sentinelles des derniers centimètres faciaux, les éloignant toujours l’une de l’autre avec entrain. Aussi, il est essentiel au charme de cet homme des champs et des villes qui requiert force et sagesse se côtoyant, mais surtout un lâcher-prise consistant et un bonheur facile. Ainsi, l’utilité de ce sourire éclatant n’est plus à questionner et a bien fait ses preuves auprès des femmes comme des hommes, des enfants et des chiots qui y trouvent réconfort.

Heureusement que ce minois ensoleillé soit supporté par une ossature robuste, car une autre de moindre volume n’aurait été que malchance pour celui dont le corps est sans cesse mis à l’épreuve des bêtes, de la survie et de l’âge. Remarquez bien, tout maître-chien ne doit pas nécessairement arborer des cuisses et un plastron tels des troncs d’arbre, mais de tels caractéristiques sont incontestablement des atouts pour quiconque tient à la position du mâle alpha. À défaut de pouvoir défendre son os avec ses crocs et son encolure, mieux vaut avoir une solide poigne et un dos à tout épreuve quand la lutte est inévitable. D’ordinaire, les gens de sa famille et les pères de Bòr ne sont pas d’imposants personnages, mais la vie de dresseur et de paysan est une vie où les os perdent en fiabilité comme la chair s’endurcit et prend de l’expansion. Si La Truffe est doux et normalement assez classe, il n’en est rien de la paume de ses mains, noire et rugueuse, tâchée de la boue que sa sueur ne sait jamais plus laver. Pour essuyer cette dernière, il priorise vêtements pratiques sur lesquels l’odeur de la bave est désormais marque de commerce.

Il ne faut pas croire que Bòr sorte de la norme en ce qui concerne les hommes du royaume. Élevé dans une famille où l’on compare la beauté des femmes aux fleurs des plantes que l’on cultive, la beauté des hommes n’est qu’acolyte d’un charisme que la personnalité et les expériences de la vie façonnent. Dans le cas de Bòr, une existence sous la bannière du dur labeur et du calme de la campagne que l’on mérite après s’être crevé au travail a été porteuse d’attraits séducteurs, bien que modestes et jamais exacerbés. Des cheveux blonds portés courts, une barbe claire et un nez pas trop présent font de son visage un espace digne de la bonne génétique de ses ancêtres et de sa bonne humeur habituelle.

Et quel regard ! D’un bleu perçant, ce regard scrutera un être humain en pénétrant dans son âme, sans se nettoyer les pattes avant d’entrer, à la manière d’un cabot de ruelle, dans un silence inquiet. Là-dedans, il y flairera les pistes de ses iris azurs et y dénichera normalement de vieilles reliques enterrés ou dissimulées maladroitement par le temps. Puis, il en ressortira la queue qui s’agite, le visage illuminé de joie. Finalement, il sourira et vous plongera dans ces moments où une accolade, un baiser ou une tape dans le dos n’attendent que d’être dispensés afin de briser la suspension ambiante. Tel est le véritable pouvoir de Bòr la Truffe sur les Hommes et les bêtes.

Personnalité



Telles les limites d’un terrain de jeu que l’on trace dans la boue avec un branche, les différences fondamentales entre Hommes et chiens s’effacent peu à peu avec le temps et la patience. Il est dit que la Trinité Créatrice a dans son amour du monde auquel elle insuffle la vie, une place pour les bêtes et, peut-être bien, surtout pour ceux des Hommes les traitant comme des égaux. Par conséquent, il est juste de regarder un homme ayant dédié le plus clair de son souffle à l’étude de ces animaux à travers les yeux du Divin, qui ne voient que des attributs, vertueux ou reprochables, et non des races divisées par l’incarnation. Quand on apprend à connaître l’imparfait Bòr la Truffe, les frontières s’embrouillent et le spectre des caractéristiques de Tout ce qui est apparaît dans toute sa splendeur.

Comme un chien de compagnie, l’homme en question est un compagnon de vie loyal et attentif aux humeurs de ceux qu’il côtoie. On le connaît comme un citoyen disponible et dont les problèmes personnels ne font que rarement éclipse au bien-être de la communauté. Rentrez à la maison, il y sera, prêt à vous recevoir dans la chaleur qu’est la sienne et celle de la demeure qu’il a construite de peine et de misère. À l’opposé, le doute se fera pesant sur son esprit si votre départ est subit et votre absence trop longue. Bòr tentera de dissimuler son chagrin sous une façade d’homme sage et raisonnable, mais la peine grugera la raison et le sentiment d’abandon, charognard de ce qui se dégrade en son être. C’est cette fragilité qui le rend sensible au changement et particulièrement susceptible à l’anxiété si son petit village, ses habitants et son quotidien sont frappés de la discorde. Par conséquent, Bòr compense cette faiblesse par la régularité de son mode de vie et se réfugie dans des certitudes. La Trinité, le Labret, sa meute. De ce point de vu, l’ignorance et la peur constituent pour lui des fléaux quotidiens.

Comme un chien de travail, il connait la nature et l’essence de son rôle au sein de la société et l’accomplit dans l’humilité. À l’appel, il sera ravi de mettre les mains à la pâte et se salira sans hésiter, parfois même y prendra-t-il plaisir ! Et s’il le pouvait, sûrement ravirait-il au soleil le privilège d’indiquer au coq l’heure de son chant, tel un enfant qui refuse au sommeil son emprise. Bref, il est juste de dire que Bòr est un travailleur né, un homme qui apprit à marcher dans le but précis de gagner sa vie et qui mourra la faucille ou la laisse à la main. D’un autre côté, il ne s’est que très rarement posé la question sur le véritable sens de sa vie et, en fait, ces songes le troublent plutôt, ce qui fait de lui un homme à la spiritualité fragile. Bien qu’il pose un regard observateur et aimant sur le monde dans lequel il vit, il est toujours difficile pour le travailleur discipliné de comprendre sa raison d’être. Peut-être le repos suivant les heures passées au chenil l’a-t-il toujours lâchement induit à la paresse de l’esprit, qui, lui, a préféré éviter ces questions. Or, enivrant se fera toujours l’appel du sauvage chez le chien de travail pointant la truffe vers l’orée des bois.

Comme un molosse, il défend son territoire et les membres de sa meute au moment où sa furie s’enflamme et jusqu’au moment où la menace n’est plus que corps sans vie ou invité terrorisé. Habituellement non craintif, un signal peut cependant déclencher sa violence et diffuser le goût du sang parmi sa meute, qui donnerait sa vie pour leur maître. À noter, Bòr n’est ni colérique ni bouillant, mais la paix de sa chaumière et de son chenil est ce qu’il a de plus précieux. Par conséquent, il se sait hostile envers ceux dont son flair ne capte rien de bon à leur sujet et dont l’aura vient troubler la quiétude de sa demeure. Tous les bâtiments de son lopin familial étant hautement sécurisés depuis la Fange, il guette les étrangers et les voyageurs qui s’aventurent trop près et écoute attentivement les aboiements de ceux qui partagent sa vie. À vrai dire, le côté le plus primal et le moins docile de sa personne semble avoir fait sa tanière dans sa demeure, là où, étrangement, il est le plus chez lui. Plus en sécurité, plus chien. Hors de sa zone de contrôle, plus homme.

Comme un chiot, il aime la chaleur et la bonne compagnie de ceux qu’il aime. Souvent, il appréciera la présence de concitoyens et de visiteurs autour de sa table, si ces derniers réussissent à passer les lignes de sécurité canines et ont le courage de se rendre jusqu’à la porte. Normalement, cette dernière est déjà ouverte car l’arrivée d’un visiteur a été depuis longtemps signalée et elle témoigne de la bienvenue du maître des lieux. Quand Bòr part faire des affaires à Marbrume, il apprécie aussi les accueils chaleureux et le temps qu’il passe avec ses clients, qui sont, pour la grande majorité, devenus des amis également. Pour ce qui est des femmes, il semble que le style de vie de maître-chien n’ait pas convenu aux compagnes antérieures. Peut-être est-il ardu de se tailler une place dans le cœur d’un ami des bêtes ?

Comme un homme et un chien, il aime la vie. Il sait reconnaître ses bénédictions et la valeur de la paix dans une existence aussi fragile que la sienne. En voyant sans cesse sa meute généreusement agrandie de nouvelles portées, il tente d’honorer les ingrédients qui mène au bon cours de la vie et connaît ceux dont la mixture livre nécessairement à mort. En présence des autres, soient-ils pourvus de quatre ou de deux pattes, il se comble souvent de honte lorsque ses gestes ne dépeignent pas la compassion qu’il souhaite cultiver. Compassion qu’il aimerait léguer à ses frères et sœurs qui partagent avec lui ce royaume maudit par la mort. Aussi merveilleuses que la vie et la nature puissent être, la réalité du royaume ne fait pas de cadeaux et Bòr croit nécessaire le don de la bienveillance pour la survie de tous.

Histoire



La modeste famille des Beaudin-Lacroix était originalement une famille de paysans travaillant la terre comme si ces derniers n’étaient pour elle qu’une poignée de serfs craignant son courroux tout autant que son abandon. Ainsi, jamais ils ne semblèrent prendre le dessus sur les humeurs de Serus, exigeant et capricieux, comme si les faveurs de ce dernier, ironiquement, n’étaient réservées qu’aux mystiques et aux oracles. Ce fut à cause de la rudesse des saisons qui ne les préparaient jamais à la course du temps que l’humble famille partait sans cesse à la recherche de terres plus clémentes. Heureusement, leur petite histoire raconte qu’il y a de cela quelques générations que les aïeux de Bòr Beaudin Lacroix s’installèrent dans le duché de Morguestanc. Leur descendance y vécu comme si ces terres avaient été le berceau de leur lignée et personne ne parle plus du temps où les cultures étaient trop menues pour nourrir un enfant.

Quand la saison des récoltes se résignait à laisser les dernières miettes d’un repas, Marie-Rose Beaudin et Philéas Lacroix virent leur famille s’agrandir d’un huitième enfant, qui connaîtrait rapidement les rigueurs de la vie qu’il serait obligé de prendre comme la sienne. Bien que la venue de cette nouvelle paire de bras n’eût rien de prophétique, sa naissance fut grandement attendue par le clan familial qui ne connaissait peu de joies intenses dans leur monde de terre et de douleur. En effet, ces gens savaient qu’une nouvelle bouche à nourrir était surtout un cœur de plus à aimer et, au contraire d’une récolte qui allait en s’amenuisant, la tendresse de cette famille n’était toujours que croissante. Mieux valait subir la dure réalité ensemble et affamés, que seul et rassasié ! Par conséquent, le minuscule hameau d'Usson dans le Labret fit une maigre petite place à Bòr Beaudin-Lacroix, fils de paysans, enfant de l’amour.

Tel que son destin lui avait promis, Bòr grandit auprès de ses frères et sœurs et participa aux corvées familiales dans lesquelles il vit toujours une finalité à son existence. Pour cette raison, le jeune Bòr était un enfant sage qui ne voyait que très rarement les étincelles de la rébellion et du doute naître en son for intérieur, peu fertile à de telles émotions. Souvent plus sage qu’une personne adulte, même adolescent il savait accepter avec une humilité le petit pain qui lui était destiné. Ce tempérament calme lui valut bien des éloges et on l’apprécia toujours au sein de sa communauté, qui le voyait comme une des vertèbres de sa colonne vertébrale, pilier de leur résilience. Modeste était donc sa réputation, mais elle savait rayonner comme le blé à l’aube jusqu’où la valeur d’un paysan était encore estimée. Ainsi, le jeune homme s’en alla d’un anniversaire à un autre sans jamais voir des murs autres que celui de sa chaumière et celui de l’horizon.

À l’âge adulte, alors que même l’étrange accent1 du parler de sa famille ne se dissipait pas, il lui fut toujours difficile de quitter la demeure familiale, chose qu’il n’accomplit jamais. Là, en ces mêmes fondations, il fit ses adieux aux membres de sa famille qui traversaient de l’Autre-Côté, aussi rapidement qu’ils étaient arrivés. Il y eut d’abord ses parents et finalement quelques-uns de ses frères et sœurs que le destin appela à la terre qui pèserait sur leurs corps même une fois endormis à jamais. Par la force des choses ou celle de la mort, Bòr se retrouva seul sous le toit qui avait veillé sur son sommeil depuis vingt ans. Or, le jeune homme dans la fleur de l’âge n’accepta jamais cette solitude et ce fut à ce moment que la Trinité le mis sur le chemin sur lequel il devrait s’engager.

Un matin d’été, alors qu’il s’apprêtait à se saisir de ses outils de travail, la rencontre qui allait changer le cours de sa vie se produisit et Serus choisit de se montrer à lui sous la forme d’une chienne haletante allongée près de la grange. Décidé de la chasser de sa terre, Bòr vint à sa rencontre quand cette dernière montra les crocs, terrorisée et accablée de détresse. Fâché, Bòr se résolut de l’affronter par la force et ramassa un bâton, craignant les foudres de la bête sur le qui-vive. Comme un enfant couvert de honte, le paysan s’immobilisa dans son mouvement de violence quand un chiot surgit de sa cachette sous la grange. À ce moment, Bòr confronta le sentiment de pitié qui lui brûlait la poitrine et lui inondait les yeux et déposa l’objet de son hostilité, désarmé devant une mère qui léguait ses dernières forces à ses enfants. Il s’en alla à son ouvrage et les jours passèrent sans qu’il n’y eût véritable interaction entre Bòr et ceux qui squattaient sa demeure. Le regard de l’animal ne le quitta jamais plus et il ne fermait les yeux que pour revoir ceux de la chienne qui avait quémandé sa pitié.

Il s’avéra que Bòr fit le choix de garder la portée entière et de s’occuper d’elle comme un père se faisait responsable d’une famille. Ainsi, le froid silence du petit lopin familial tira à jamais sa révérence et laissa à jamais sa place à la musique des aboiements, des grognements et sifflements des chiens qui y firent demeure. Curieux, les habitants de Usson demandaient à Bòr, que l’on nommait désormais ‘’La Truffe’’, quel était le sens d’une telle quantité de cabots, qui allait toujours en augmentant. Rapidement, la vieille grange se changea en chenil, puis la demeure entière en refuge pour chiens et chiennes dont les destins se mêleraient. La réputation de ce lieu se construit par les rumeurs et l’intérêt des habitants de Morguestanc qui avaient maintenant connaissance d’un chenil et d’un homme qui entraînait des bêtes et qui n’avait pour famille que ces dernières.

Au moment de l’apparition de la Fange, il y a de cela quelques mois, le chenil de Bòr la Truffe et son maître-chien se convertir en un véritable incontournable du duché, qui voyait en ce lieu un indispensable à la survie. Bòr la Truffe, celui chuchotant à l’oreille des bêtes, est désormais un maître-chien de renom qui offre ses services tant à la milice, qu’à la noblesse aux gens du Labret, entraînant et vendant ses bêtes à ceux dans le besoin. Véritables sentinelles, les molosses sont pour Usson des gardiens fiables qui travaillent en collaboration avec la garde, épiant les mouvements de la Fange dans la nuit. Aussi, l’expertise de Bòr est souvent sollicitée à Marbrume où les gens ne peuvent désormais que faire confiance à eux-mêmes et au meilleur ami de l’homme. Chiens de travail, de garde ou molosses de guerres sont parmi les plus prisés alors que l’Homme abandonne son titre de prédateur suprême.

Seul, il passe le plus clair de son temps à Usson où sa présence est appréciée et où il est toujours possible de trouver quelque chose à se mettre sous la dent. De temps à autres, il séjourne à Marbrume pour rencontrer des clients et faire des affaires, car il est plus aisé de convaincre les gens de conclure des transactions à l’intérieur des remparts qu’à l’extérieur. Pour l’avenir, il est possible de supposer que Bòr la Truffe aura un rôle à jouer dans la guerre contre l’Ennemi et dans la survie des Hommes de bien.

1 Comme ses ancêtres venaient d'ailleurs, des marques de leur accent régional furent transmis à travers les générations.

Soi réel




Certifiez-vous avoir au moins 18 ans ? Je certifie !
Comment avez-vous trouvé le forum ? (Topsites, bouche à oreille...) Topsite !
Vos premières impressions ? Communauté vivante, ambiance incroyable.
Des questions ou des suggestions ? Quand est-ce qu'on commence ?!



Marbrume soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif




Dernière édition par Bòr La Truffe le Jeu 1 Juin 2017 - 22:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor de RougelacComteavatar


MessageSujet: Re: Bòr La Truffe [Terminée]   Mer 31 Mai 2017 - 6:44
Soit donc le bienvenue. Début de fiche prometteur Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelys De BeauvalCouturièreavatar


MessageSujet: Re: Bòr La Truffe [Terminée]   Mer 31 Mai 2017 - 6:56
Bienvenue sur le forum et bon courage pour la fiche. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léanor VertecimeBannieavatar


MessageSujet: Re: Bòr La Truffe [Terminée]   Mer 31 Mai 2017 - 11:09
Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ConstancePrêtresseavatar


MessageSujet: Re: Bòr La Truffe [Terminée]   Mer 31 Mai 2017 - 11:29
Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bòr La TruffeMaître-chienavatar


MessageSujet: Re: Bòr La Truffe [Terminée]   Ven 2 Juin 2017 - 20:17
Fiche terminée Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yseult de TraquemontChâtelaineavatar


MessageSujet: Re: Bòr La Truffe [Terminée]   Sam 3 Juin 2017 - 0:09
Coucou et bienvenue !

Sans attendre, le personnage est atypique et m'a brièvement fait l'effet d'un Tom Bombadil en puissance (mais c'est peut-être moi qui perd la raison les vendredi soirs). Tout est okay, le style est efficace, ton maître-chien bien défini. Je marque juste une petite interrogation vis-à-vis de la faux en dotation, un bâton, gourdin ou même un couteau me paraissant plus appropriés. Je te laisse répondre à cette question avant de faire ta carrière mais je vais d'ores et déjà ajouter ta couleur et ton rang.

Bon jeu parmi nous !

p.s. : ah, pour information, Traquemont dispose d'un chenil et se sert souvent de molosses pour traquer la Fange (bien qu'attention, les chiens ont peur des Fangeux, je ne sais pas si tu avais ça à l'esprit en écrivant ta fiche). Les bêtes peuvent venir de ton commerce, si tu veux d'un tel lien. o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bòr La TruffeMaître-chienavatar


MessageSujet: Re: Bòr La Truffe [Terminée]   Sam 3 Juin 2017 - 2:02
Wow ! Que tu compares mon personnage à Tom est la plus grande douceur que tu puisses faire pour le coeur d'un fan de Tolkien comme moi !

Pour la faux, je la changerai pour un couteau alors ! Je n'oublierai pas ce que tu mentionnes à propos du chenil de Clairmont, merci !

Au plaisir de Rp avec tous et merci pour la validation !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yseult de TraquemontChâtelaineavatar


MessageSujet: Re: Bòr La Truffe [Terminée]   Lun 5 Juin 2017 - 8:08
Ta carrière a été faite ici : http://marbrume.forumrpg.org/t2417-bor-la-truffe-carriere-du-commercant#38856

N'oublie pas de la renseigner dans ton profil et bon RP !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Bòr La Truffe [Terminée]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Bòr La Truffe [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Corvée terminée !!!!
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?
» Suspicion de diabète... c'est pas terminé !
» Logan / James Howlett / Wolverine (Terminée)
» Pacioretty : Saison terminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marbrume RPG - Monde médiéval & Apocalyptique  :: Recueils royaux :: Présentations :: Fiches de personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: