Marbrume



Partagez | 
 

 Césarine, esprit vide [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Césarine de MarlbloisProstituéeavatar


MessageSujet: Césarine, esprit vide [terminé]   Mer 26 Avr 2017 - 22:33




Césarine De Marlblois




Identité



Nom : De Marlblois
Prénom : Césarine
Âge : 19 ans (en automne 1165)
Sexe : Féminin
Rang : Fille de châtelain, devenue prostituée
Carrière envisagée & tableau de départ avec les 4 PCs : Carrière de la prostituée
+ 1 HAB ; +1 CHA ; + 1 PV ; +1 END

Compétences et objets choisis : (voir topic Système Rp & Xp)
- Soins des animaux (oiseaux uniquement)
- Princesse en détresse
- Fauconnerie
- Fuite

Poignard, fronde

Physique



Césarine est une jeune femme petite et gracile, aux formes délicates et presque enfantines, malgré qu'elle ait fini sa croissance depuis plusieurs années. Ses hanches demeurent étroites, sa poitrine menue, ses membres frêles. Elle porte sur elle l'innocence de son esprit vide, sur les traits doux de son visage juvénile aux joues arrondies, sur sa bouche petite et à peine rosée, et surtout dans ses yeux qui paraissent immenses, toujours grands ouverts, perpétuellement étonnés. Ses yeux sont d'un vert de lagon, clair et transparent, lumineux comme du jade poli, mais son regard vide demeure vide, derrière un mince vernis de curiosité. Ses longs cheveux sont d'une blondeur linacée, ses mains fines, bien qu’abîmées, et l'ensemble forme un tableau aussi joli que dérangeant, comme si la nature avait tenu à rendre absolument charmant cet écrin vide, dont se dégage une terrible impression de vacuité et d'innocence.

Cristal se tient propre, les cheveux brossés et attachés, mais ses vêtements laissent souvent voir des déchirures et entailles, preuve de sa maladresse. Ses belles toilettes ne sont plus qu'un souvenir, celles qui lui demeuraient ayant toutes été vendues, mais elle porte des robes chastes et propres, bien peu courante dans sa profession, mais qui ajoutent au piquant et à l'originalité de son allure parmi les fleurs de trottoir. Son attitude est modeste et réservée au premier abord, mais cette façade cède rapidement le pas à une agitation d'enfant. Elle est incapable de demeurer tranquille très longtemps, pas plus que de se mettre en scène sérieusement. Cela la rend incapable de racoler, mais là n'est pas son attrait pour ses clients...

Personnalité



Le comportement de Césarine est étrange, surprenant et pourtant très prévisible pour qui la connaît. Rien ne semble avoir d'emprise dans son esprit, et ses souvenirs semblent dépourvus de tout contenu émotionnel. Elle parlera de la même façon de son repas du jour et de ses souvenirs avec son père, de son travail et du dernier bleu récolté en heurtant une table, de sa famille morte et d'une sucrerie. Elle ne perçoit pas l'importance des choses, et se montre parfois (souvent) maladroite dans ses propos, bien qu'elle ait toujours la volonté de bien faire. Car malgré son handicap mental, elle a une personnalité douce, docile même, et cherche toujours à faire plaisir à tout le monde. On lui a appris à être ainsi, mais elle n'a pas l'intelligence et la maturité nécessaires pour l'être réellement. De la même manière, elle est pieuse, respectueuse des règles du temple et des lois civiles, mais parce qu'elle a été éduquée ainsi et non par conviction.

Cela la rend d'une naïveté dangereuse, car elle pense que tout le monde partage son envie de faire plaisir et d'être gentil, et sa générosité sans réflexion la pousse à dépenser sans compter, elle est donc incapable de gérer un budget, ou même de faire des réserves pour l'avenir. De même, sa confiance aveugle en fait la cible rêvée de tout manipulateur, sans qu'il ait même besoin d'être très malin. C'est ainsi que son proxénète profite d'elle, et garde pour lui la majeure partie de l'argent des passes qu'il lui fait subir, sans qu'elle ait même conscience qu'il profite d'elle. Il est aussi très aisé de la pousser à mal agir en la persuadant qu'elle fait preuve de gentillesse. Même seule, elle est gentille mal à propos, sans réaliser que ses actes peuvent entraîner des conséquences désagréables. Elle ne s'en sort, dans cette nouvelle vie, que grâce au bon sens et à la fidélité du sergent Barbet.

Son manque de maturité lui donne des réactions d'enfance gâtée, ce qu'elle a été pendant longtemps, et elle est gourmande et capricieuse. Si la raisonner est presque impossible, il est en revanche très facile de la distraire et de lui faire oublier ce qu'elle voulait, y compris lorsque la diversion est bien moins attirante. Elle oubliera une sucrerie pour voir un rat portant quelque chose dans la gueule, ou un bijou coloré pour une plume au vent. La seule constante chez elle est son amour des animaux en général, et des rapaces en particulier. Elle n'oubliait jamais de nourrir les faucons du château de son père, et avait appris à les soigner et les dresser. Sans que l'on puisse comprendre comment elle s'y prend, il semblerait qu'elle ait « un truc » avec ces animaux, malgré son esprit limité.

Sa folie a pourtant un avantage: aucun traumatisme ne semble la marquer, elle se réveille toujours aussi joyeuse le matin, quoi qu'il se soit passé la veille. Elle semble figée dans l'état d'esprit d'une enfant de cinq ans. Et c'est exactement cela, elle souffre d'un retard du développement intellectuel et affectif, qui lui donne un comportement et un esprit totalement contradictoires avec son physique de jeune femme adulte.

Histoire



La châtellenie de Marlblois se situe à l'ouest de Marbrume, à plus d'une centaine de lieux de distance de la cité portuaire. Ou du moins, se situait, désormais envahie par la Fange et vidée de toute sa population. Petit domaine sans véritable importance, niché au creux d'un vallon, riche d'une forêt et de deux villages, Marlblois ne s'est jamais illustré dans l'histoire du royaume.

Césarine était la quatrième enfant du châtelain, dernière née d'un couple déjà vieillissant, que l'on pensait stérile, car sept ans la séparent de son aîné le plus jeune. Si sa petite enfance fut semblable à celle de ses frères et de sa sœur, et à celle de bien des enfants nobles, déjà des signes de son handicaps se faisaient sentir. Le regard que ses yeux portaient sur le monde devait rester vide, tout comme l'esprit de l'enfant. L'étincelle de l'intelligence et de la conscience humaine ne devait jamais s'allumer chez elle, la laissant tel un animal sauvage et craintif ou un petit enfant, même lorsqu'elle devint adulte. Tout ce qu'un enfant apprend aisément, par l'observation, il fallut le lui inculquer, comme on apprend des tours à un animal.

Néanmoins, ses parents l'élevèrent avec amour. Elle apprit à vivre décemment, à s'habiller, à prendre soin d'elle, de se laver, de se brosser les cheveux... Elle devint un peu plus autonome ainsi, mais restait "anormale". Son père disait fréquemment que son esprit était demeuré auprès des dieux, qu'il ne restait plus d'elle qu'une enveloppe, et une âme d'enfant condamné à ne jamais grandir. Elle connaissait joie et tristesse, mais ceux-ci paraissaient éphémère, comme si elle oubliait tout. Ce n'était pas le cas, mais il semblait n'y avoir la place que pour peu de choses au premier plan de son attention, et le reste s'enfonçait dans les brumes de son esprit, s'y perdant parfois.

Alors qu'elle avait huit ans, elle échappa à la surveillance de sa gouvernante, et se glissa dans les écuries, où dormaient non seulement les chevaux, mais aussi les chiens et les faucons des seigneurs. Cet endroit lui avait toujours été interdit, fourmillant d'occasions de se blesser, de se salir, de se faire mordre ou bousculer lorsqu'on était une petite fille maladroite et sans plus de cervelle qu'un moineau. D'autant que si elle aimait beaucoup les animaux, ses prédispositions à la monte se limitaient au seul miracle de ne s'être encore jamais réellement blessée en tombant, aussi n'avait-on aucune raison de penser qu'elle serait intéressée par ce bâtiment. Il fallut donc plusieurs heures avant de la retrouver.

Ce fut un jeune garçon de chenil, embauché comme apprenti et qui ne l'avait jamais vue que de loin, qui trouva une petite fille sale en train de contempler les rapaces, immobile et silencieuse. Ravi de pouvoir briller aux yeux d'une demoiselle, et la prenant pour une fille de service, il entreprit de lui faire visiter les lieux, lui présentant chaque oiseau, avec ses spécificités et son caractère, étonné d'un auditoire aussi passionné et silencieux. Ainsi naquit son amour des rapaces, sans que l'on ne comprenne jamais comme celle qui peinait à nouer ses rubans seule pouvait ainsi retenir tant de détails sur l'anatomie et les soins des oiseaux, et dresser des oiseaux de proie alors qu'elle ne savait toujours pas diriger sa monture. Mais ses parents, ravis de lui voir un talent, firent tout ce qu'ils pouvaient pour l'encourager et le développer.

La fauconnerie ne pouvait cependant faire oublier les carences de son esprit, et alors qu'elle devenait, à sa manière désordonnée et maladroite, une jeune femme, la question du mariage se souleva. Le châtelain de Marlblois n'était pas pauvre, mais il doutait que toute sa fortune suffise à surmonter la crainte qu'elle ne donne naissance à des enfants aussi peu pourvus qu'elle en qualités. Sa sœur aînée était déjà enceinte, l'héritier fêtait la venue de son second fils tandis que son frère était un prêtre respecté, mais la situation de Césarine était bien plus compromise.

Cependant, la Fange changea bien des choses. Comme bien d'autres nobles, Roland de Marlblois ne prit au sérieux les rumeurs que lorsqu'il fut trop tard, et la famille ne prit la fuite que trop tard, emportant quelques biens et une escorte armée. Mais la route était longue, la Fange repoussant les fuyards toujours plus à l'est. Par prudence, le châtelain confia à son épouse et à sa fille des lettres et des bijoux familiaux destinés à prouver leur statut de nobles, si ils devaient être séparés, tout en leur enjoignant de les conserver secrets, avant que d'autres désespérés ne tentent pas de s'en emparer. Ce secret, qui devait les protéger, signa la perte de Césarine.

Alors qu'ils approchaient de Marbrume, une attaque de Fangeux survint, une de plus, mais les créatures étaient nombreuses, et les chevaux paniquèrent. La voiture transportant la famille se renversa dans le fossé, les forçant tout trois à sortir alors que les officiers de leur escorte tentaient de reprendre le contrôle de leurs montures, et les soldats à pied luttaient contre les créatures, peinant à les rejoindre alors que les monstres les submergeaient. Du chaos ambiant, Césarine ne comprit rien, si ce n'est qu'elle se retrouva renversée comme une vulgaire marchandise en travers d'une selle, ballottée par un galop fou et couverte d'un sang qui ne lui appartenait pas.

Et elle se retrouva à l'intérieur de la ville, dans une taverne miteuse, sous la protection d'un unique sergent, Guillaume Barbet, dont les jambes, suintantes et violacées, présentaient plusieurs mauvaises blessures, infectées de boue et de plusieurs jours sans soins. L'une des bagues de la jeune fille paya les soins d'un prêtre, mais il ne put empêcher la pourriture de s'installer, et il fallut amputer. Le sergent Barbet ne connaissait pas l'existence des preuves que dissimulaient la robe boueuse de sa dame, car celle-ci les conservaient soigneusement dissimulées, ainsi que l'avait ordonné son père. Durant les quelques jours qui suivirent, l'homme fut la proie de fièvres qui le laissèrent hirsute et amaigri, et il lui fallut plusieurs semaines avant de pouvoir quitter la chambre, en appuyant sur deux béquilles. Mais dès qu'il en eut la force, il emmena la demoiselle de Marlblois aux portes de l'Esplanade, afin que son statut soit reconnu et qu'elle soit recueillie par une autre famille, en attendant de savoir ce qu'était devenue sa parenté. Mais ils ne purent jamais franchir l'enceinte.

Elle était idiote, incapable de prouver sa naissance ou même de nommer des alliés de sa famille. Lui était maigre, colérique et cul-de-jatte. Ils furent pris pour des imposteurs, et refoulés. Guillaume refusa d'abandonner sa dame, même une fois leurs bourses vides, les bijoux vendus, contraint à mendier pour gagner quelques pièces. En revanche, il lui conseilla, la mort dans l'âme, de trouver à s'employer dans une auberge décente, même si cela lui fendait le cœur d'imaginer la fille de son seigneur faire le ménage et porter des plateaux pour ses inférieurs.

Elle trouva un emploi, mais ce ne fut pas comme serveuse. Elle s'était rendue dans une des nombreuses tavernes du port, dont les filles de service ne se contentaient pas du service en salle. Le tenancier comprit rapidement quel profit tirer de la jeune idiote, et n'eut aucun mal à la convaincre qu'elle ne faisait que le travail normal d'une serveuse. Il gardait l'argent des passes, et la payait une misère, tout en lui donnant des restes qu'elle ramenait dans le logement misérable qu'elle partageait avec Guillaume. Ainsi, elle se jugeait chanceuse, et ne voyant rien d'anormal à son « travail », elle n'éveilla jamais l'inquiétude de l'ancien sergent à ce sujet. Lui-même, toujours très attaché à la jeune fille, et très affecté par leur déchéance commune, peinait déjà à ramener quelques pièces, en mendiant, et à ne pas sombrer totalement dans le mauvais vin qu'il buvait parfois plus qu'il ne l'aurait fallu. Seul le devoir qui le liait à sa dame lui interdisait de mettre fin à une existence misérable, bien conscient que sans lui, elle ne pourrait que tomber toujours plus bas, incapable de se prendre en charge seule. Il tentait de se racheter, en lui enseignant à tenir une dague, et à tirer à la fronde, pour qu'elle puisse se protéger.

Elle-même était fort peu marquée par son changement de statut, elle regrettait les belles choses qu'elle a perdu, mais ce qui lui manquait réellement était son faucon pèlerin, enfui lors de l'attaque qui l'avait séparée de sa famille. Ses parents lui manquaient, bien sûr, mais de manière assez superficielle, seulement ponctuellement et sans désespoir, ainsi qu'allaient les choses dans son esprit limité.

Soi réel




Certifiez-vous avoir au moins 18 ans ? Oui, toujours
Comment avez-vous trouvé le forum ? (Topsites, bouche à oreille...) TC
Vos premières impressions ? J'adhère toujours autant !
Des questions ou des suggestions ? /



Marbrume soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif




Dernière édition par Césarine de Marlblois le Ven 28 Avr 2017 - 16:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sydonnie d'AlgrangeMilicienneavatar


MessageSujet: Re: Césarine, esprit vide [terminé]   Mer 26 Avr 2017 - 22:36
Rebienvenue parmi nous ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel DestrelmarMercenaireavatar


MessageSujet: Re: Césarine, esprit vide [terminé]   Mer 26 Avr 2017 - 22:37
Re-bienvenue sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Césarine de MarlbloisProstituéeavatar


MessageSujet: Re: Césarine, esprit vide [terminé]   Mer 26 Avr 2017 - 22:55
Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor de RougelacComteavatar


MessageSujet: Re: Césarine, esprit vide [terminé]   Mer 26 Avr 2017 - 22:58
Re bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gondemar RosalisMilicienavatar


MessageSujet: Re: Césarine, esprit vide [terminé]   Jeu 27 Avr 2017 - 6:37
Rebienvenue parmi nous. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Césarine de MarlbloisProstituéeavatar


MessageSujet: Re: Césarine, esprit vide [terminé]   Ven 28 Avr 2017 - 15:56
Merci à vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre de VentfroidFondatriceavatar


MessageSujet: Re: Césarine, esprit vide [terminé]   Ven 28 Avr 2017 - 21:09
Rien à redire à ce personnage, je te valide tout de suite ton TC, bon jeu avec ce petit esprit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Césarine, esprit vide [terminé]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Césarine, esprit vide [terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?
» deux VIDE GRENIERS : les 21/09 et 5/10
» Grand vide grenier à venir
» palette vide pour refill
» recharge fap mufe pour palette vide ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marbrume RPG - Monde médiéval & Apocalyptique  :: Recueils royaux :: Présentations :: Fiches de personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: