Marbrume



Partagez | 
 

 Sorenn le Murmure - Chef des Assassins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sorenn le MurmureAssassinavatar


MessageSujet: Sorenn le Murmure - Chef des Assassins   Mer 5 Avr 2017 - 1:19




Sorenn le Murmure




Identité



Qualificatif : "le Murmure"
Prénom : Sorenn
Âge : Inconnu de la plupart (39 ans)
Sexe : Masculin
Rang : Chef des Assassins

Carrière envisagée & tableau de départ avec les 4 PCs :
+1 HAB
+1 INI
+2 ATT

Compétences et objets choisis :

Compétences :
Bas-fond
Déplacement silencieux
Ambidextrie
Mort silencieuse

Armes et armure :
Main gauche + Épée courte
Gambison + Gants en cuir + Jambières de cuir


Physique



Le sergent Gardan pénétra l'auberge, ouvrant la porte d'entrée avec fracas. L'homme de la milice intérieure de Marbrume était de ceux qu'on ne pouvait méconnaître lorsqu'on habitait dans cette ville damnée. Son visage, balafré sur toute une moitié, et sa manière de déambuler en boitant de la jambe gauche témoignaient de ses années passées à lutter pour la défense de la cité. Le soldat balaya le lieu du regard, jusqu'à plisser les yeux vers le fond de l'établissement. Un individu, d'une quarantaine d'années et souffreteux, s'y tenait assis. Tant mieux, ils avaient rendez-vous. Gardan le rejoint à sa table, profitant du coin d’ombre dans lequel ils étaient pour engager la discussion.

[Gardan] « Alors ? Tu as fini par accepter mon offre ?

[...] - Je veux partir d'ici. Si lui ou les siens me trouvent, le sort d'un fangeux sera préférable au mien.

[Gardan] – Tu vas parler cette fois-ci ? Tu connais le marché. Dis-moi ce que tu sais et tu pourras quitter Marbrume dans la nuit.

[] Explique-moi d’abord comment tu comptes me faire sortir d’ici. Ma tête est mise à prix par la milice, et par les Assassins. Je gage que les Voleurs de Marbrume, sitôt qu’ils m’auront repéré, se feront une joie de vendre ma position au plus offrant. Je suis coincé dans un trou à rats. Qu’as-tu à proposer ?

[Gardan] – Je veux connaître tout ce que tu sais sur le Murmure. Lorsque tu auras collaboré, je demanderai à deux de mes hommes de confiance de te faire sortir de la ville. Une fois hors des remparts tu n’auras plus qu’à disparaître. Je m’y engage. J’ai beaucoup de vices, mais je ne mens jamais. Dis-moi d’abord à ressemble le Murmure, comment pouvons-nous l’identifier.

[] – Qu’Anür en soit témoin si tu faillis à ta parole… »

L’individu silencieux s’interrompit quelques instants, sembla observer son environnement, aux aguets, puis se pencha en avant, pour communiquer avec le sergent plus discrètement.

[] « Bon. Je ne connais pas son prénom. Chez les nôtres, c’est le Murmure, le dernier son qu’entendent ses victimes lorsqu’il met fin à leurs jours. J’ai eu le privilège de le voir, mais qu’une seule fois. Vous avez de la chance sergent, même chez les nôtres nombreux sont ceux qui ne l’ont jamais rencontré directement. Je me souviens d’un homme d’assez grande taille et d’une bonne carrure. Sa silhouette m’avait parue taillée pour notre métier. Il semblait fort, et agile. Son visage, personne ne l’a jamais vu. Le Murmure est recouvert de tissus et de bandelettes de cuir noir, et son visage est caché. Je ne pouvais que distinguer deux yeux inquisiteurs qui me scrutaient de l’intérieur, ses pupilles réfléchissant les danses enflammées des lampes-torche. Cette tenue, c’est celle des assassins. Certains anciens de la confrérie racontent que l’expérience d’un assassin se jauge au nombre de bandelettes qui recouvrent son corps. Si j’en juge à ce que j’ai vu, alors le Murmure a passé sa vie à tuer. »

L’homme marqua une courte pause, avant de reprendre.

[] « Je me rappelle avoir vu sur ses mains et une partie visible de son front plusieurs cicatrices, plus ou moins prononcées. Il ne fait aucun doute qu’il a beaucoup combattu. En revanche, je serais incapable de vous dire son âge. Son visage camouflé ne permet pas de le deviner et, qui plus est, l’homme m’a parlé en chuchotant. Mais nous n’avons pas discuté longtemps. Il venait simplement faire une inspection individuelle des recrues, à l’époque où nous étions les premiers à l’avoir rejoint. Une fois que je me suis présenté, il m’a congédié. »

Il prit une profonde inspiration.

[] « Il est terrifiant. Si votre devoir est de le traquer, sergent, alors faites-le. Mais ne vous méprenez pas sur son compte, ni sur ceux qui l’accompagnent. Ce sont des tueurs nés. Comme je le fus moi-même. Mais, vous savez, j’ai eu l’occasion d’avoir peur à de nombreuses reprises dans ma vie. Jamais je n’ai été autant paralysé que le jour de ma rencontre avec le Murmure. »

[Gardan] « Et où se terre-t-il ?

[] – Ca, je n’en sais rien. Lors de notre rencontre, vous vous doutez bien qu’on m’avait bandé les yeux plusieurs heures avant et que l’on m’avait promené dans plusieurs endroits. Lorsque j’ai rouvert les yeux, je ne savais pas où je me trouvais. A l’odeur et à l’écho, j’ai pensé aux égouts de la ville. Mais je ne peux pas vous le garantir, d’autant que la ruse fait partie intégrante de nos stratégies. A défaut de vivre heureux, nous vivons cachés. »


Personnalité



Gardan prenait des notes dans son carnet. De tous les enquêteurs, il était le meilleur. Quelques années plus tôt, après avoir réussi à prévenir un complot contre une famille noble de la ville, il avait été récompensé et nommé à la tête d’une petite brigade spécialisée dans la traque des grands criminels de Marbrume. Deux semaines auparavant, la fille d'un haut dignitaire, avait échappé, par chance, à un assassinat ciblé, au détour d’une promenade dans le quartier Noble. Une dague de lancer, dont la lame était imbibée d’un poison fatal, avait frôlé la jeune dame. Le sergent Gardan avait été sommé de mettre la main sur le commanditaire. La piste des assassins semblait aujourd’hui la plus sérieuse, compte tenu de la précision de l’attaque et de l’impossibilité de la milice à avoir mis la main sur l’assaillant.

[Gardan] « Pour l’heure, tu as gagné le droit d’être escorté jusqu’aux murailles, mais pas d’en sortir. Que peux-tu me dire d’autre sur le Murmure ? Quel est son tempérament ? Son caractère ?

[] – Vous vous doutez bien que si je suis incapable d’évaluer son âge, de connaître son nom ou de me souvenir tu timbre de sa voix, j’ignore à peu près tout de qui il est. Mais évidemment, c’est un sujet dont on parle beaucoup chez les nôtres, d’autant que de mémoire d’homme le Murmure est le chef des Assassins qui a tenu le plus longtemps ce poste. D’aucuns diront que c’est uniquement grâce aux sombres temps de notre époque. Ils disent que les miliciens sont trop occupés à lutter contre les fangeux pour combattre correctement la criminalité. Mais je ne partage pas totalement cet avis. Le contexte est favorable au Murmure, certes, mais les témoignages que j’ai eus me confortent dans l’idée que l’individu est peut-être le Trompe-Mort.

[Gardan] – Le « Trompe-Mort » c’est quoi ça ?

[] – Une vieille légende des Assassins, tombée en haillons depuis des siècles. Elle décrit l’histoire de notre confrérie comme un cycle perpétuel de montée en puissance et de décadence. Le mythe raconte qu’à chaque heure sombre de la confrérie, un assassin suffisamment charismatique et talentueux parvient à structurer de nouveau la confrérie. Cet assassin s’appelle le Trompe-Mort, car la légende raconte que celui qui porte ce titre est capable de duper la mort elle-même. Nous sommes encore loin de l’âge d’or de la confrérie. Mais force est de voir que depuis l’arrivée du Murmure à Marbrume, celle-ci n’a jamais cessé de croître.

[Gardan] – Je prouverai bientôt aux bas-fonds criminels de cette ville que cette légende s’arrête au son du couperet. Poursuis ta description.

[] – Je n’en sais pas beaucoup plus. Les bruits internes à la guilde ne font que confirmer l’impression que j’avais eue en voyant le Murmure. Beaucoup le décrivent comme un homme paré d’une certaine aura. En tout cas d’une aura qui parle instinctivement à ceux qui arpentent le monde de la mort. Il aime aussi commander, et semble faire en sorte de tout savoir. On m’a dit aussi une fois qu’il croyait en la trinité, et qu’il priait même les trois chaque jour. Souvent, les assassins déviants de la trajectoire de la confrérie ont fini assassiné eux-mêmes. Certains disent que le Murmure a même tué son propre fils, lequel défiait son autorité. Mais c’est une rumeur. Comme le voulait la coutume, le Murmure a dû tuer l’ancien chef de la guilde pour prendre son rang. Vous l’avez peut-être connu, Gustav le Fatal.

[Gardan] – Gustav est donc mort de la main des siens… Intéressant. Continue.

[] – Le point faible du Murmure est probablement sa compagne. C’est une assassin elle-même, qui se fait appeler la Sulfureuse, en raison de son tempérament ardent. Si une personne sur ces terres désolées sait tout ce qu’il y a à savoir sur le Murmure, c’est elle. Les plus anciens assassins racontent que la Sulfureuse est la première assassin recrutée par le Murmure lorsque celui-ci a implanté la confrérie à Marbrume. Pour ma part, je ne la connais pas, et je n’en sais pas plus. De toute façon, j’en ai déjà trop dit. »

Gardan claqua des doigts d’un coup sec. Deux hommes apparurent et, après avoir reçu leurs instructions, accompagnèrent l’inconnu en dehors de la taverne. Gardan resta assis un moment, à réfléchir, tout en reprenant ses notes. Il devait désormais trouver la Sulfureuse.


Histoire



Je suis né il y a 39 ans dans le village d’Estaing, loin à l’ouest de la région. Mon père était un commerçant, criblé de dettes, et ma mère une femme plus jeune que lui, assez belle, mais qui lui était infidèle. Lorsque j’avais six ans, un homme en noir vint frapper à notre porte. Il déposa dans la main de mon père une lettre scellée d’une tête de mort, et s’en alla aussitôt. Je sus plus tard que cet homme était membre de la confrérie des assassins.

A la vue de ce mot, mon père devint livide. On lui demandait de régler ses dettes dans une semaine, sans quoi cet argent lui coûterait la vie. Le jour suivant, mon père surprit ma mère dans les bras d’un autre. Deux heures plus tard, il se suicida. Ma mère, peu attachée à moi, préféra me laisser pour mort et jouir de la fortune de son amant, qui devint son mari.

Ceci constituerait ma première vengeance. J’errai dans les ruelles d’Estaing, en guenilles et je parvins à survivre en copiant les ruses des malfrats et en mimant l’agilité des chats de gouttières. Jusqu’au jour où je me sentis prêt. Un soir d’automne, à l’âge de mes douze ans, celle qui fut ma mère rentrait d’une course en ville lorsque vint se loger entre ses deux yeux une dague. Dans le couteau, était inscrit le nom de Sorenn, le mien, et au dos de la lame j’avais gravé le nom de son mari. Trois jours plus tard j’ôtai la vie de ce dernier, pourtant sur ses gardes, en tranchant sa gorge dans son sommeil.

La garde de la ville, au courant du premier assassinat et de mon nom, ne tarda pas à doubler ses efforts suite à mon second crime. Je quittai donc la localité, pour me réfugier à Marbrume, où je louerais mes services contre de l’argent.

Après quelques assassinats, un homme répondant au nom de Gustav, et se faisant appeler « le Fatal », prit contact avec moi. Il me proposa un salaire, m’expliquant qu’il me suivait depuis plusieurs mois déjà et qu’il estimait que j’avais l’étoffe pour intégrer la confrérie des assassins, qu’il dirigeait. J’évoluai au sein de cette guilde pendant de nombreuses années, devenant l’un de ses bras les plus performants. Mais au fil du temps, je trouvais que Gustav manquait d’audace et d’ambition pour les nôtres. La situation de la confrérie n’évoluait guère, et nos contrats nous permettaient de survivre tout au plus. Je me suis donc mis à enquêter sur Gustav et, après deux ans, me suis rendu compte qu’il avait conclu un pacte à Marbrume avec la famille ducale, pour limiter ses assassinats aux cibles souhaitées par Sigfroi.

Ce fut la marque, pour moi, d’une trahison. La confrérie que l’on m’avait vantée se disait indépendante et secrète, elle était en fait pilotée et connue des dirigeants de la ville. Profitant un jour d’une entrevue, j’assassinai donc Gustav, m’octroyant du même coup le titre de chef des Assassins, comme le voulait la tradition. Puis, minutieusement, je m’assurai que de la guilde de Gustav personne ne survive. Je tuai un par un les assassins de Gustav, jusqu’à n’être que le chef d’une guilde vide de membres.

Une fois cette tâche accomplie, je fis silence pendant trois ans, durant lesquels je parcourus les différents bas-fonds des cités de la région pour collecter des informations et des ouvrages sur l’histoire de la confrérie. Je découvris par la même occasion l’ancienneté et la notoriété cachée de cet ordre secret, dont j’étais le titulaire légitime. J’y rencontrai aussi celle qui me ferait un fils, ce fils qui, plus tard, renierait mon héritage et me forcerait à l’inavouable.

Un jour, je croisai la route d’une jeune esclave. Celle-ci était en train de se faire battre par son propriétaire marchand, tandis qu’elle avançait en même temps que d’autres. Je constatai alors que ce marchand s’acharnait sur elle, avec d’autant plus d’insistance que la demoiselle ne bronchait jamais. A sa violence, elle répondait par une impassibilité surprenante. Cela attira ma curiosité, si bien que je décidai de l’acheter, et d’en faire une femme libre. Libre de m’accompagner.

Ardea devint ma protégée, de protégée elle devint mon apprentie, de mon apprentie ma compagne. Je la formai aux arts de la discrétion et de l’assassinat, si bien qu’elle devint le premier élément de la nouvelle confrérie que j’avais décidé de bâtir. Nous nous installâmes tous les deux à Mabrume. Avec Ardea comme bras droit, la confrérie des assassins. Notre organisation commença à croître, et nous parvînmes à recruter des membres, jusqu’à ce que ceux-ci forment une base solide.

L’arrivée récente des fangeux constitua pour les Assassins une opportunité sans pareille. Trop occupés à lutter contre la menace hors-les-murs, les miliciens de Marbrume me laissaient désormais le champ libre pour développer notre confrérie.

Lors d’une mission récente, Ardea fut mordue par un fangeux. Le diagnostic m’obligea à la contraindre à l’exil, ce que je fis sans états d’âme. Les assassins n’ont pas de pitié, et Ardea ne serait bientôt plus des nôtres. Ma décision ne plut pas à mon fils, Caïn, qui considérait Ardea comme sa propre sœur. Il entra en contradiction avec mes plans, si bien que je dus l’éliminer.

La guilde des assassins a subi récemment des défections notables suites à l’exil d’Ardea, membre fondatrice de notre confrérie, et à l’assassinat de Caïn. Plusieurs assassins ont déserté. Tous sont morts par ma main, sauf un seul. Un seul que je me jure, par la Trinité, de retrouver un jour. Il en sait bien trop pour risquer de le laisser en vie.

Et tandis que les assassins sillonnent les rues de Marbrume, à la recherche de contrats ou de recrues prometteuses, mon empire des bas-fonds s’agrandit sous les pieds de cette cité vacillante.


Soi réel




Certifiez-vous avoir au moins 18 ans ? Oui
Comment avez-vous trouvé le forum ? (Topsites, bouche à oreille...) En naviguant dans les forums partenaires de forums que je connaissais déjà.
Vos premières impressions ? Bonnes, surtout l'aspect "fiche statistique de personnage" qui manque cruellement à 99% des forums RPG aujourd'hui.
Des questions ou des suggestions ? Peut-être par la suite travailler à une catégorisation des "compétences" en fonction des classes de personnages choisies. En liant par exemple certaines compétences à des pré-requis statistiques, ou tout simplement à certaines classes.



Marbrume soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif



Dernière édition par Sorenn le Murmure le Jeu 6 Avr 2017 - 10:20, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zephyr d'AuvrayBanneretavatar


MessageSujet: Re: Sorenn le Murmure - Chef des Assassins   Mer 5 Avr 2017 - 6:06
Bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sydonnie d'AlgrangeMilicienneavatar


MessageSujet: Re: Sorenn le Murmure - Chef des Assassins   Mer 5 Avr 2017 - 9:35
Bienvenue parmi nous (:

Bon courage pour la rédaction de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité


MessageSujet: Re: Sorenn le Murmure - Chef des Assassins   Mer 5 Avr 2017 - 14:44
Bienvenue !

Bonne rédaction, j'ai hâte !
Revenir en haut Aller en bas
Sorenn le MurmureAssassinavatar


MessageSujet: Re: Sorenn le Murmure - Chef des Assassins   Mer 5 Avr 2017 - 17:38
Bonjour !

Merci pour votre accueil. Je signale ma fiche comme étant terminée. La partie "Histoire" sera un peu moins plaisante à lire, je pense, que les deux premières. J'ai pris moins de plaisir à l'écrire aussi. Mais dans l'ensemble j'ai présenté ce que je voulais présenter.

Bonne lecture !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité


MessageSujet: Re: Sorenn le Murmure - Chef des Assassins   Mer 5 Avr 2017 - 18:06
Je valide, de mon côté tout est bon !
Revenir en haut Aller en bas
Alix l'EspiègleEnfant perduavatar


MessageSujet: Re: Sorenn le Murmure - Chef des Assassins   Mer 5 Avr 2017 - 19:15
Bienvenue !

*Fuit l'assassin de toutes ses petites jambes*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre de VentfroidFondatriceavatar


MessageSujet: Re: Sorenn le Murmure - Chef des Assassins   Mer 5 Avr 2017 - 22:46
Bonsoir Sorenn et encore bienvenue parmi nous ! =)

Il y a de tous petits détails à modifier pour que je puisse valider ta fiche :

- La couleur des yeux de ton avatar. Les yeux violets sont impossibles tu imagines bien, il faut des couleurs existantes, du coup il faudrait que quelqu'un doué en graphisme te change la couleur selon ce que tu souhaites, n'hésite pas à passer sur la cb la plupart des membres sont compétents pour cela.

- Je cite :
Citation :
De tous les enquêteurs, il était le meilleur. Quelques années plus tôt, après avoir réussi à prévenir un complot des purificateurs contre la famille Sylvrur, il avait été récompensé et nommé à la tête d’une petite brigade spécialisée dans la traque des grands criminels de Marbrume. Deux semaines auparavant, la fille du Duc Sigfroi, Armène, avait échappé par chance à un assassinat ciblé, au détour d’une promenade dans le quartier Noble. Une dague de lancer, dont la lame était imbibée d’un poison fatal, avait frôlé la jeune dame. Le sergent Gardan avait été sommé de mettre la main sur le commanditaire. La piste des assassins semblait aujourd’hui la plus sérieuse, compte tenu de la précision de l’attaque et de l’impossibilité de la milice à avoir mis la main sur l’assaillant.

Les purificateurs n'existent que depuis l'arrivée des fangeux. C'est une secte qui a sa propre interprétation de la présence des fangeux sur Terre, aussi, ils n'existent que depuis que les fangeux sont là, donc une année seulement. Ils ne peuvent pas avoir fomenté des complots il y a plusieurs années, ils n'existaient pas.

Enfin, tu cites une tentative d'assassinat contre la fille du Duc, pourrais-tu simplement modifier l'identité de la cible en parlant d'une fille de noble en général ? Nous préférons autant que possible ne pas mettre en cause la famille Ducale dans le bg des membres histoire de pouvoir être totalement libres le jour où nous utilisons les PNJs dans nos events.

Merci à toi ! Très belle plume au passage, Ardea a trouvé un très bon partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séraphin ChantebrumeMilicienavatar


MessageSujet: Re: Sorenn le Murmure - Chef des Assassins   Jeu 6 Avr 2017 - 7:32
Bienvenue à toi et jolie fiche!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorenn le MurmureAssassinavatar


MessageSujet: Re: Sorenn le Murmure - Chef des Assassins   Jeu 6 Avr 2017 - 10:21
Hello,

- Avatar modifié (je me débrouille moi-même sur photoshop du coup j'ai pas eu à embêter quelqu'un)
- Éléments textuels modifiés également comme tu le souhaitais

Et merci pour vos compliments et votre accueil Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre de VentfroidFondatriceavatar


MessageSujet: Re: Sorenn le Murmure - Chef des Assassins   Jeu 6 Avr 2017 - 11:03
Très bien, je vais donc pouvoir te valider.

Dernier détail : tu as choisi trois armes dans ton inventaire (Main gauche + Épée courte & Dagues de jet), or à la validation vous n'avez droit qu'à deux types d'armes différentes, ce qui peut évoluer au fil de vos rps. Il faut donc retirer l'un des trois éléments selon ton choix =)

Je te donne ta couleur, bon jeu parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sorenn le Murmure - Chef des Assassins   
Revenir en haut Aller en bas
 
Sorenn le Murmure - Chef des Assassins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce sergent/chef, avait un passé peut ordinaire, lequel ????
» congé paternité pour un chef d entreprise/un gérant
» Lettre de notre chef de file à Sarko 1er
» Changement de Chef de Corps 16/07/ 2010
» Pain au levain chef d'Amelpa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marbrume RPG - Monde médiéval & Apocalyptique  :: Recueils royaux :: Présentations :: Fiches de personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: