Marbrume



Partagez | 
 

 Engueran de Hauteroche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Engueran de HauterocheBanniavatar


MessageSujet: Engueran de Hauteroche    Mar 24 Jan 2017 - 0:49




Engueran de Hauteroche




Identité



Nom : De Hauteroche
Prénom : Engueran
Âge : 24 ans
Sexe : Masculin
Rang : Anciennement membre de la famille de Châtelain de Hauteroche. Renié, déshérité et réduit à l’état de banni suite à quelques erreurs de justice (si, si, erreur.) et un frère de retour.
Carrière de Thaumaturge
+ 1 Habilité + 2 Intelligence + 1 Initiative


Compétences et objets choisis : (voir topic Système Rp & Xp)

Ambidextrie
Baratin
Chance
Fuite

Une épée courte suffit à sa peine

Physique



Depuis son retour du royaume des morts… Euh des bannis, Engueran a bien changé physiquement. Déjà (bien sûr) parce qu’un séjour forcé dans des terres désolées où le moindre recoin peut mettre fin à vos jours laisse quelques traces, mais aussi parce que revenir, une épée de Damoclès plantée au-dessus de sa tête, demande de passer inaperçu.

Ses cheveux déjà ! Farouches et rebelles quand ils n’étaient qu’une tignasse mal coiffée, ils ont pris de la longueur et lui arrivent maintenant aux épaules. Leur couleur châtain, elle, par contre n’a pas bougé. Immuable car comment reconnaitrait-on un brun léger d’un autre dans une foule ?
Dans la même veine, Engueran ne se rase plus. Auparavant, c’était une habitude, autant par volonté esthétique que par embarras de sa pilosité légère comparée à celle de son frère. Toute sa vie on lui avait répété qu’au même titre que sa sœur, il tenait de leur mère.
Leur pauvre mère… Bref …
Une barbe change un visage dit-on. Il ne fit que confirmer cette maxime. Mélangés au fait que tout le monde le croyait mort, les quelques poils qu’il laisse maintenant libres l’ont rendu méconnaissable aux premiers abords pour les quelques anciennes connaissances qu’il a pu croiser jusqu’à maintenant.
Deux yeux d’un marron du plus basique, un visage creusé par des traits fins et la dalle posée par la famine et un nez aquilin finissent la forme de son visage. Seul attribut vraiment caractéristique réellement éternel, Engueran affiche toujours le même sourire narquois et fier de l’être en toute situation le permettant. (Entendez là toute situation où sa mort n’est pas imminente ou mise en jeu. Inconscience quand tu nous tiens)
Pour le reste de son anatomie… Meh… Engueran a toujours eu un corps fin, tout en longueur. (Quand on vous dit qu’il tient de sa mère). Peu amoureux des arts de la guerre, il a gardé tout au long de sa jeunesse cette structure filiforme qui ne commença au final à prendre un peu de relief qu’au cours de ses quelques années de pègre jusqu’à trouver son apogée pendant son bannissement. Survivre vous forge l’âme comme le corps.
Pour finir parlons chiffons : Si à l’époque, noblesse aussi petite soit-elle oblige, Engueran planquait sa petite carrure sous une tonne de vêtements reflétant plus ou moins son niveau social, aujourd’hui et logiquement, il ne porte plus que des frusques dignes du dernier des mendiants. Sandales déchiquetées, pantalons décousus et rapiécés de toute part sont, avec des tuniques usées jusqu’au fil et un ceinturon qui ne retient plus grand-chose, sa tenue de tous les jours.
Pour résumer : Si vous le croisez dans la rue, vous ne verrez sûrement qu’un pauvre hère en plus. Si vous commencez à lui parler, ses mimiques et sa gestuelle commenceront sûrement à vous soulever quelques questions et ça jusqu’à ce que vous hésitiez à l’étrangler pour cet air impavide qu’il affiche toujours au mauvais moment.


Personnalité


En un seul mot et sans savoir compter : L’immaturité à son paroxysme.

Engueran est né plus jeune de la fratrie et il l’est resté… Dans son esprit tout autant que physiquement.
Barrage complet face aux responsabilités et au devoir, il a passé sa vie à réfuter sa position et ce qu’on tentait de lui inculquer. Parfois même par pur principe personnel : celui de refuser ce qu’on lui imposait même si parfois il y trouvait un intérêt.
Car c’est bien là la base même de sa personnalité : une envie incontrôlable et enivrante de liberté portée par un orgueil et un égo démesurés. Un besoin constant de remise en question de l’autorité et des dogmes l’entourant.

Engueran a mis ces grands principes en avant et toute sa vie, ils l’ont guidé dans une routine qui ne dépassait jamais la journée. Vivre chaque levé de soleil comme une nouvelle aventure, voilà qui serait son dicton. Entrer dans les ordres l’a sauvé de l’ennui de la vie de nobliau de campagne et lui a offert la ville. S’en faire éjecter lui a ouvert les portes d’une vie d’inconnue qui l’intéressait bien plus que son chemin tout tracé : il n’y a jamais de bon ou de mauvais moment, toute est une opportunité à prendre et à tenter. Se faire jeter de la famille et renier l’a à peine fait sourciller. Seul le regard accusateur de sa sœur l’a parfois fait douter… Même le plus individualiste et égoïste des hommes à ses faiblesses.

Pourtant malgré ce portrait mal dégrossi, il possède aussi quelques qualités ! On peut notamment parler de… Mh… De… Tenez, il est tout de même malin et plutôt vif d’esprit. En fait c’est ce petit côté affuté qui lui a permis de survivre dehors et surtout de revenir. Il a de l’humour, outre son côté menteur et malhonnête… On a dit qualité. Plutôt franc, ce n’est au fond pas quelqu’un de mauvais. Il ne ferait jamais de mal à quelqu’un par plaisir et préférera toujours la diplomatie et la verve pour s’en sortir. Serviable et facile à vivre tant qu’on ne le côtoie pas tous les jours. C’est un bon compagnon de boisson et d’aventure qui ne peut laisser indifférent, d’autant plus qu’il sait tout de même redevenir un poil sérieux et réconfortant quand le besoin s’en fait sentir.

Petite aparté pour finir : la Religion.
Engueran est fervent croyant. C’est un fait, une certitude. Comment autrement le monde existerait sans que ces trois divinités ne l’aient créé. Toutefois, son caractère mêlé à ses années monacales l’a amené à une vérité personnelle qu’il évite d’aborder à tout prix (comme toute discussion qu’il qualifiera de sensible et d’ennuyeuse) :
que les hommes puissent trente secondes penser être capable de déchiffrer la parole divine et de la transmettre est une ineptie. Une vanité trop importante qui mène à une bêtise aux lourdes conséquences. La trinité, Engueran la vit au jour le jour, mais bien loin des temples et des bures.


Histoire



Imaginez braves gens, une auberge un peu miteuse quelques part dans le dédale des quartiers les plus mal famés de Marbrume. Un ramassis de crève-la-faim qui la gueule ouverte tentent de se repaître de la seule denrée non périssable qui n’a pas encore flambée de prix (quoique) : l’alcool.
Bien… Ensuite, approchez vous un peu plus, lorgnez sur chaque table, attardez-vous sur les discussions et peut être entendrez-vous des histoires incroyables. Tenez regardez ce type seul, voilà qu’il est rejoint par un acolyte. Ses yeux s’écarquillent, son visage blêmit, écoutons donc d’un peu plus prêt.

« Engueran ?! Mais… Mais t’es mort ! »
Directement le nouveau venu grimace et pince des lèvres. Il fait signe frénétiquement de baisser d’un ton.
« D’après toi ? Je suis en face de toi… »
Un léger silence s’impose. L’autre dévisagea longuement l’arrivant, barbe, yeux, cernes, tout y passe. Au bout d’une minute il réussit enfin à plus ou moins bafouiller.
« Mais comment ?
— Qu’est-ce que ça peut te foutre… Franchement c’est tout ce que tu as à me demander ? »

Il réfléchit quelques secondes en mordillant l’intérieur de sa joue. La surprise commençait doucement à s’atténuer.
« Si. Qu’est-ce que tu me veux ? Tu vas me faire tuer en même temps que toi.

— Je te conchie crétin ! Je pense que tu me dois bien ça. »
Un grognement suivi d’un silence pensif. L'autre finit par acquiescer mollement et leva la main pour commander deux bières qui arrivèrent tiédasse. Engueran reprit le cours de la conversation après s’être assuré que personne ne s’étaient mis à les observer.
« J’ai besoin que la guilde des voleurs m’aide à me planquer.
— La guilde ? Tu es banni ! Je pense que tous autant qu’ils sont, ils préféraient que tu sois mort plutôt que tu viennes taper à leur porte.
— Je suis persuadé que tu exagères…
— Tu m’as appâté ici en me faisant miroiter un tonneau de viande salé, séché… En cachant ton vrai nom ! Tu sais très bien que j’ai raison.
— …. »

Engueran haussa des épaules.
« D’accord. Peut-être… Mais ça reste ignoble de leur part. J’ai fait partie de la guilde pendant presque trois ans. Je suis persuadé que j’ai aidé chacun de ces péquenauds au moins quatre ou cinq fois. Toi le premier. »
L’autre leva les yeux au ciel. Les bières arrivèrent sur la table dans un service rugueux qui poussa la mousse s’écrouler sur le bois de la table.
« Soit… Bon imaginons qu’on t’aide. Qu’est ce que tu attends de nous exactement ?
— M’aider à renverser la ville et le pouvoir en place. »

L’autre blêmit à nouveau et manqua de s’étouffer en avalant de travers. Engueran gloussa en se penchant un peu plus pour s’approcher de son vis-à-vis qui se reprenait autant que possible.
« Non plus sérieusement je veux simplement pouvoir avoir un point de chute sûr. Tu sais très bien ce qui m’attend si on me choppe…
— Certes
- Silence gêné - C’est peut être indiscret mais… Tu peux me montrer le… Enfin tu sais. »
Engueran grigna rapidement avant d’abdiquer. D’un geste discret, il masqua son bras aux autres regards et tout aussi prudemment, il défie le tissu crasseux qui lui barrait l’avant-bras tel un bandage sur une blessure. La chair rouge apparut et dans le même temps, la marque des bannis se dévoila l’espace d’une seconde. L’autre n’arriva pas à retenir un « Oh » mêlant dégoût et fascination.
« C’est quand même moche de t’avoir fait ça…
— Très.
— Pour avoir tenté de tuer ton frère c’est ça ? Qu’est ce qui t’es passé par le crane ?
— JE N’AI PAS …. Je n’ai pas tenté de tuer mon frère ! C’est une foutaise de la milice et sans cette enflure n’a même pas tenté de les contredire… Pourquoi je m’étale ça ne te regarde pas. Sale fouine. »

Engueran hocha la tête négativement. Cette histoire il préférait la garder pour plus tard.
« Est-ce que tu vas m’aider ? Au moins toi ? »
L’autre le regarda, baissa les yeux une nouvelle sur le bandage puis retourna sur ce visage émacié qui lui faisait face. Il hésita un peu et finit par soupirer.
« Ca marche… »
Engueran n’arriva pas à se retenir, il lâcha un sourire de soulagement que l’autre ne laissa pas durer plus de deux secondes.
« Mais tu restes un bel enfoiré. »

Le Hauteroche arqua un sourcil curieux.
« Qu’est-ce que tu veux dire ?
— T’aurais pu être là-haut. Avec eux au lieu d’être ici. Tu sais combien d’entre nous aurait tué père et mère pour avoir cette chance ?
— Tu veux dire parmi les nobles ? »

L’autre approuva. Engueran mima un rictus amusé avant de prendre à son tour sa chope à la main.
« Tu parles. On voit que tu ne sais pas ce que c’est. Le mensonge de la noblesse. Le mirage sans fin d’une vie facile qui ne cache qu’une succession morbide de parades et de paraître. L’ennui mortel contre une vie plus facile et de la bouffe sur la table ? Sans moi… Et puis quand tu es le benjamin c’est pire. Tu n’es plus qu’une chose sans intérêt. Un porte nom de plus qui n’héritera de rien. Guilhem par ci, Guilhem par là…
— Je croyais que ne pas être l’héritier t’arrangeait ?
— Mais ça m’arrange ! Ne confond pas tout. Je lui laisse les titres et les devoirs. Le sosie de notre père. Autant te dire que ça lui colle à la peau… »

L’autre le fixait avec amusement et reprit une gorgée.
« Toujours un sujet sensible hein »
Engueran grommela d’exaspération.
« La ramène pas.
— Un peu comme les curés hein ?
— J’avais neuf ans. Quand ils m’ont envoyé là-bas. Plus rejeté tu meurs. Au moins ma sœur avait décidé d’y aller d’elle-même. Moi j’y ai été expédié sur ordre express du paternel. Tu trouves toujours que tout est beau dans une famille de noble ?
— Au moins t’avais une famille. »

Son interlocuteur soupira. Engueran ignora et continua.
« Prêtre en devenir pendant neuf ans tu n’imagines pas ce que c’est…
— C’est sûr. La panse pleine tous les jours au frais d’Anür. Un lit chez elle assuré. Par la trinité que c’est dur…
— Tu blasphèmes.
— Dixit celui qui s’est fait radier du monde clérical. Quelle blague. »

Le Hauteroche tiqua mais ne s’emporta pas. Discrétion avant tout.
« La vie monacale m’a peut être sauvé de mon père et de notre vie campagnarde et ennuyeuse à mourir mais elle n’était pas faite pour moi pour autant. J’ai pris assez de rouste pour le savoir.
— Tu aurais pu retourner chez les nobliaux…
— Soyons clair, mon père a arrêté de m’adresser la parole à mes quatorze ans. Lui et ma mère sont morts à mes quinze et c’est à peine si mon frère m’a parlé aux funérailles. Il lui ressemblait tellement… Rien que d’y penser… Rah… Tout ça pour finir renié par ce... Par lui... quand cette histoire d’exclusion a eu lieu. Par missive je l’ai appris. Dans ma geôle ! Il n’y a que ma sœur qui ne m’a pas tourné le dos et encore même elle jouait la rabat-joie.
— T’avais fait quoi déjà ?
— J’avais volé un sceptre d’Anür sur une de ses statues dans un temple des bas-quartiers… »

Le voleur tenta de se retenir, mais il finit par lâcher un ricanement moqueur. Engueran répondit par un simple mouvement du dos de la main.
« Pourquoi parler du passée… Tu les connais ces histoires. J’ai manqué de peu la pendaison, j’ai été emprisonné et j’ai fini par rejoindre les bas-fonds et la guilde avec mon patronyme chatoyant. Bien qu’il ne vaille plus grand-chose… Voilà fin !
— Tu oublies ton bannissement. C’est la première fois que je te vois depuis. Et je ne sais même pas ce qui s’est passé.
— Je ne veux pas en parler !
— Engueran… »

L’ancien noble leva un regard fatigué. Le nez dans la bière, son interlocuteur ne lâchait pourtant pas le morceau.
« Très bien tu veux savoir… Et bien c’est simple. Aussi rabat-joie soit-elle je n’ai jamais arrêté de voir ma sœur Annabelle. On se connait depuis toujours, elle était avec moi au temple et …
— Je sais.
— Tu sais ?
— Bien sûr tu crois qu’on ignorait ce que tu faisais de tes journées ? Quand tu entres dans la guilde c’est sans notre confiance. Elle se gagne. »

Engueran prit trente secondes un air consterné, puis balaya ces mots d’un geste.
« Bref… j’étais… J’étais allez la voir quand Guilhem est apparu. Avec les Fangeux, Hauteroche a été laissé à l’abandon je suppose et lui… Lui que j’aurais peut-être préféré mort est venu se terrer ici. Annabelle ne m’a rien dit. Peut-être qu’elle voulait qu’on se retrouve… »
Il se stoppa quelques secondes. Cette histoire le gênait profondément mais on l’invitait à continuer du coin de l’œil.
« Il était là. On ne s’était pas revu depuis la mort de nos parents… Ca a mal tourné. Il a fini par me faire arrêter pour tous mes « larcins » comme il dit. La milice en a profité pour rajouter agression sur un membre de la noblesse et tentative de fratricide… Et il n’a pas dit un mot. Rien. Il a laissé faire… Et j’ai été banni… »
Un nouveau silence tomba, plus cérémonial cette fois. L’autre déglutit et pinça des lèvres.
« Désolé de l’apprendre. »
Engueran haussa des épaules.
« Bref… Autres choses ? Ou on peut passer à autre chose ?
— Comment c’était dehors ? »

Les prunelles du Hauteroche s’obscurcirent brutalement.
« Non je n’en parlerais pas.
— Tu y es resté quoi bien trois mois ? Comment es-tu revenu ? Par où ?
— Je ne t’en parlerais pas ! »

L’autre grimaça, la contrariété plissant ses traits fatigués, mais il n’insista pas sur ce sujet.
« Et tes projets pour l’avenir ? A par te planquer ?
— Je te dirais bien mettre sa tête au pilori. Mais je n’en ai même pas envie. Non déjà survivre me parait pas mal. Et puis on verra par la suite… Comment va la guilde au fait ? »

La grimace tourna en une mine déconfite…
« A ce point-là ? »
L’autre hocha la tête. Engueran souffla.
« Bordel… »


Soi réel




Certifiez-vous avoir au moins 18 ans ? Sur l'honneur votre laideur !
Comment avez-vous trouvé le forum ? (Topsites, bouche à oreille...)Topsite
Vos premières impressions ? Wouaaahhh
Des questions ou des suggestions ? Le fenouil c'est bien



Marbrume soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif




Dernière édition par Engueran de Hauteroche le Mar 24 Jan 2017 - 23:16, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zephyr d'AuvrayBanneretavatar


MessageSujet: Re: Engueran de Hauteroche    Mar 24 Jan 2017 - 7:20
Bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Engueran de HauterocheBanniavatar


MessageSujet: Re: Engueran de Hauteroche    Mar 24 Jan 2017 - 14:02
Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre de VentfroidFondatriceavatar


MessageSujet: Re: Engueran de Hauteroche    Mar 24 Jan 2017 - 23:30
Re-bonsoir Engueran, re-bienvenue, toussa toussa, mais on te l'a tellement répété sur la chatbox que tu dois être proche de l'overdose

Je n'ai rien à redire à ta fiche. Le background des Hauteroche est très léger et tout juste effleuré dans ta fiche, mais j'imagine qu'elle sera plus développée dans celles de tes confrères, qui n'ont pas été reniés de ladite famille. J'aime beaucoup la façon dont l'histoire est narrée en tout cas, ça se lit très bien.

Il n'y a aucune modification à faire. Je te mettrai juste en garde par rapport à ton statut de banni et ton choix de t'être infiltré à nouveau pour vivre en ville. Il faudra faire très attention en rp et éviter de se faire remarquer, car un milicien qui voit un banni en ville, quel que soit son rang, est autorisé à tuer à vue sans aucun ordre. Aussi, pour éviter les incohérences vis-à-vis du contexte, il est fortement conseillé de ne pas se faire prendre, et d'éviter les situations trop borderline où ton personnage a en théorie tous les risques de se faire attraper. Car niveau pirouette scénaristique et mjitage, personne ne peut sauver un banni retrouvé en ville, sauf si vous prévoyez plus tard avec Guilhem de revenir sur ses propos qui l'ont fait condamner, ce qui est tout à fait autre chose.

Bref ! Du coup, rien à redire du tout, c'était juste des conseils ! Je te valide de ce pas, te donne ta couleur, ton rang et ouvre ta carrière. Bon jeu parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Engueran de HauterocheBanniavatar


MessageSujet: Re: Engueran de Hauteroche    Mar 24 Jan 2017 - 23:35
Merci beaucoup

Et oui je suis resté évasif pour laisser mes deux compagnons d'infortunes se faire plaisir. Déjà parce que de nous trois je suis celui qui déteste le plus les fiches mais aussi pour leur laisser la voie ouverte.

Pas de soucis pour les incohérences je ferais attention et c'est mûrement réfléchi. Engueran sera discret au possible. Jusqu'à ce que peut être la situation change. Héhéhéhéhé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Séraphin ChantebrumeMilicienavatar


MessageSujet: Re: Engueran de Hauteroche    Mer 25 Jan 2017 - 21:00
Bienvenue à toi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Engueran de Hauteroche    
Revenir en haut Aller en bas
 
Engueran de Hauteroche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marbrume RPG - Monde médiéval & Apocalyptique  :: Recueils royaux :: Présentations :: Fiches de personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: